×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Versatilités

    Par L'Economiste| Edition N°:3342 Le 17/08/2010 | Partager

    Qui aurait pu croire que cela fut possible? En quelques semaines, voilà la France livrée, sans décence, aux pires de ses démons… au point qu’une commission de l’ONU s’inquiète de la montée du racisme et de la discrimination.Personne n’est naïf au point de croire que le pays des droits de l’Homme était exempt de racisme. Chacun avait bien vu monter le péril, depuis longtemps; depuis que voyous et victimes étaient amalgamés, dans la même exclusion dénommée «quartier», «squat»… Ce n’est pas du jour au lendemain qu’apparaissent les zones de non droit, livrées aux petits caïds. Le recul de la Justice puis celui de la police françaises, dans des zones de plus en plus étendues, auprès de populations de plus en plus nombreuses, doivent au passage servir de leçon: ne jamais laisser s’inverser les valeurs, sous quelque prétexte que ce soit. Une leçon pour tous… mais une leçon que Paris n’a pas envie de lire dans ses propres turpitudes. Au contraire, c’est la fuite en avant, la gesticulation médiatisée qui est préférée.Le gouvernement français, et sans doute la société française, sont devenus les prisonniers du diktat de l’instant, otages consentant du hasard des faits divers. Des versatilités que Paris tient pour des politiques. La perte de compétitivité industrielle, la marginalisation des jeunes et la délinquance en périphérie des villes sont bien réelles. Elles sont bien identifiées. Mais les remèdes se perdent dans d’infinies logorrhées. Ils n’aboutissent finalement qu’à des opérations métaphoriques, lesquelles inexorablement s’éloignent du droit. Pire, elles attirent puis génèrent des abus qu’on a du mal à associer avec les idées portées par la France jusqu’ici. Aucun de ces abus, que ce soit sur les centres d’appels ou sur les expulsions, on le comprend bien, ne sera capable de rétablir un fonctionnement sain et dynamique dans ce pays qui est et restera pour longtemps encore le premier partenaire du Maroc.Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc