×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Sardines

    Par L'Economiste| Edition N°:3334 Le 05/08/2010 | Partager

    En quelques jours, l’affaire du jeune Marocain accusant d’agression la police espagnole aux frontières a pris des proportions diplomatiques. Tout le monde a été surpris tant par la banalité du fait générateur, un kilo et demi de sardines, «fraîches» (SVP!), que par la rapidité de réaction des autorités marocaines. Bien entendu il ne faudrait pas que cette affaire s’emballe et il est d’ailleurs peu probable que ce soit le cas vu les enjeux pour les deux pays. Maintenant l’affaire n’est pas dénuée d’enseignements. D’abord par rapport à la partie marocaine qui semble avoir intelligemment négocié le dossier. Notamment en renforçant la visibilité sur le droit à la protection diplomatique et consulaire. Droit que beaucoup de nos compatriotes, y compris parmi les plus voyageurs, méconnaissent. Pareille mobilisation est incontournable car l’Etat adresse un message capital: il sera aux côtés de ses concitoyens lorsqu’ils seront en difficulté. Si cette tendance venait à être confirmée, elle marquera une rupture dans la manière de procéder de la diplomatie marocaine. Et ne peut faire que du bien au sentiment d’appropriation de la citoyenneté pour permettre de la vivre pleinement. Ensuite, pour la partie espagnole, garant de la frontière sud de l’Europe, qui doit faire la chasse aux vieux démons et mettre un peu d’eau dans sa sangria. La police espagnole aux frontières, qui par moments semble assimiler tout Marocain à un clandestin potentiel, est incorrigible. Hermétique à toute remise en cause en dépit d’incidents similaires ces derniers temps. Du coup, la traversée en Espagne s’apparente à une aventure à haut risque. Qui ne s’est pas senti en situation de vulnérabilité juridique et sécuritaire sur le territoire ibère?L’affaire des sardines, fraîches ou pas, conduira-t-elle à une prise de conscience?Mohamed Benabid

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc