×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Manque de visions

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5423 Le 02/01/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Les grandes places touristiques ont été pleines à craquer pour les fêtes (sauf Agadir qui mériterait d’être «upgradée»). L’Office du Tourisme a donc eu raison contre les mauvais augures et ces agaçants «experts»  qui gagnent leur vie en annonçant, depuis si longtemps,  la mise à feu et à sang du Maroc.

    Les Marocains, choqués et outrés, espèrent de la Justice la plus grande sévérité pour laver la honte de l’assassinat des deux jeunes filles d’Imlil.  Néanmoins, et quoi qu’il s’en dise, la sécurité fonctionne bien. En dépit de très nombreux projets, il n’y avait plus eu d’attentats depuis huit ans.

    L’agriculture poursuit sa transformation à toute vitesse. Cela se voit maintenant à l’œil nu et ce, pour des sommes qui ne sont pas si élevées qu’on l’imaginerait en observant les mutations sur le terrain.  Les indicateurs sont au vert, même ceux de l’emploi rural. Si bien que l’on va tenter de transformer l’essai en modèle économique, avec distribution de terres. Mais il faudra faire attention de ne pas prendre les espoirs pour des réalités: cela avait coûté très cher de 1960 à 1990.

    Autre point positif, même si on n’est pas encore sorti d’affaire, la tenue du budget. On le savait, et la Cour des comptes a mis des chiffres et des faits sur cette affaire de très lourdes dettes impayées aux entreprises, de projets signés en grande pompe mais jamais lancés... On n’avait plus vu de tels désordres depuis les années 1970.

    En revanche, les déceptions sont profondes sur les créations d’emplois industriels, le développement du commerce, sur le redressement de l’enseignement, où le gâchis pédagogique pèse aussi lourd que la gabegie budgétaire. Pendant ce temps, on redoute le moment où les lobbies immobiliers vont fragiliser le système financier.

    Encore une année ordinaire a été très largement perdue. Une autre année s’annonce avec une vision gouvernementale, sans envergure et  pleine de trous.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc