×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Lointaine Chine

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5418 Le 24/12/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    La Chine fête ses 40 ans du changement politique économique. En réalité, il vaut mieux éviter le mot «changement» car pour les Chinois, officiels ou simples citoyens, il s’agit d’une continuité que l’on peut fort bien continuer dans l’autre sens: Pékin a réformé, puis «déréformé» et «reréformé» sa gestion monétaire. Sans en faire ni mystère, ni commentaire.

    Un pragmatisme bien armé d’idéologie et, inversement, un dogmatisme bien frotté de pragmatisme. Et ça marche. En 40 ans plus de 200 à 300 millions de personnes sont devenues aisées; ce qui fait presque dix Maroc d’un seul coup. Plus de 500 millions d’autres Chinois sont sortis de la misère, soit l’équivalent de tous les Européens que compte la planète.

    En une quinzaine d’années, la Chine a écrasé la pauvreté, mais le Maroc s’en est très bien tiré aussi, contrairement à ce qui se raconte dans les salons.

    En vérité, la bonne question à poser à Pékin comme à Rabat, c’est de savoir si cette victoire est durable. Les millions de familles sorties de la pauvreté produisent-elles leur valeur ajoutée ou bien dépendent-elles beaucoup de redistributions à fonds perdus?

    Tant qu’elles ne seront pas majoritairement dans le premier cas, elles ne seront pas sorties d’affaire. Et leur pays non plus. Néanmoins, face à la puissance et à l’organisation chinoise, le Maroc n’a pas à rougir de sa lutte contre la pauvreté, bien au contraire.

    On sera sans doute surpris d’apprendre que les inscriptions des enfants à l’école sont meilleures au Maroc qu’en Chine depuis Deng Xiaoping.

    Mais il y a un domaine vraiment raté. Quand la Chine a réussi successivement trois générations de miracle industriel en 40 ans, le Maroc finance massivement et en pure perte son incapacité à penser son développement manufacturier: année après année, même les emplois protégés fondent.

    En Chine, il y a des compagnies de transport spéciales pour aller chercher les travailleurs à la campagne…

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc