×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    L’heure

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5393 Le 15/11/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Comment un gouvernement peut-il être assez incompétent au point de créer des troubles, juste pour une histoire d’heure?

    Bien sûr, on dira que ce n’est pas grand-chose; que le sujet n’en vaut pas la peine.

    On aura parfaitement raison: ce n’est pas grand-chose. Mais alors comment le ministre de l’Education nationale et, avant lui, le chef de gouvernement ont-ils fait pour mettre des jeunes dans la rue pour un sujet qui n’en vaut pas la peine?

    D’abord on ne change pas les usages de 35 millions de personnes 48 heures à l’avance, ou, si c’est absolument nécessaire, alors on «met le paquet» dans la communication. C’est le seul choix possible. De nombreux pays européens, dont notre premier partenaire la France, ont cessé ou vont cesser de changer d’heure. Mais aucun ne le met en pratique du jour au lendemain.

    Paris en parle depuis un an mais ne l’appliquera pas avant l’année prochaine. Mais tous communiquent déjà sur le sujet.

    A croire que cette équipe gouvernementale n’a aucune expérience de la gestion publique. Si des ministres RNI sont plutôt des nouveaux venus, en revanche les hommes du PJD, ceux de l’UC ou encore du PPS, vivent de politique et dans la politique depuis longtemps. Qu’y ont-ils appris?

    Aucun n’a jugé utile de parler, d’expliquer… comme si les citoyens n’avaient même pas le droit de comprendre. Plus embarrassante est l’incompétence politique du ministère de l’Education nationale. Il pèse lourd pourtant: 300.000 employés, près de 5 millions de jeunes. Il a envenimé le problème créé par la précipitation de la Primature et le ministère de la Fonction publique.

    Quelle idée de proposer des négociations syndicales alors qu’on parle d’horloge?! Quelle idée de mettre les enfants dans le coup?! Il fut un temps, où manquant de tout, l’enseignement assurait 2 «shift» par jour. Le niveau était meilleur.

    L’Education nationale a transformé un épisode risible en problème politique. Personne ne croit qu’il l’a fait exprès. Et c’est peut-être le plus préoccupant…

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc