Flash

EXCLUSIF-Phosphates saisis: l'affaire rebondit

Par L'Economiste| Le 23/02/2018 - 17:06 | Partager
EXCLUSIF-Phosphates saisis: l'affaire rebondit

Le tribunal sud-africain de Port Elisabeth vient de rendre un jugement dans l'affaire du navire Cherry Blosson, transportant du phosphate en provenance de Phosboucraa pour le compte d'une grosse coopérative Néozélandaise. Le tribunal a décidé de mettre une nouvelle fois en vente la cargaison, avec un partage des éventuels gains selon la clef suivante : 50/50 pour le plaignant à hauteur des frais judiciaires et s’il reste de l’argent, il ira pour la couverture des frais de l’armateur, dont le bateau est immobilisé depuis mai dernier.

Ces frais, estiment les experts pour l’OCP sont de l’ordre de 3,2 millions de dollars. La cargaison, si elle n’avait pas de problèmes judiciaires et commerciaux, vaudrait environ 5 millions de dollars sur le marché normal.

Les plaignants sont le Polisario et ses appuis qui avaient lancé la même opération contre un navire-phosphatier au Panama. Sans succès: le tribunal panaméen avait considéré que la saisie d’un bateau sans justification commerciale était contraire au droit maritime. Il est un fait que les attendus sud-africains avaient mis en exergue le motif politique de la décision: saisir du phosphate pour le «rendre» au Polisario. Rappelons que la justice sud-africaine a la réputation d’être «indépendante, mais très engagée»

Après sa décision en référé de mai 2017, le tribunal avait annoncé, en juin, la vente de la cargaison. Il semble qu’aucun acquéreur ne s’est manifesté à ce jour, 23 février 2018. Les observateurs doutent que des professionnels de la chimie s’engagent dans une affaire de cette sorte : il serait surprenant que l’armateur, l’OCP et/ou leur client laissent un rachat sans conséquence.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc