Flash

Elections en Turquie : Pas une partie facile pour Erdogan

Par L'Economiste| Le 24/06/2018 - 09:33 | Partager
Elections en Turquie : Pas une partie facile pour Erdogan

C’est inédit en Turquie. 59 millions d’électeurs turcs, dont trois millions établis à l’étranger, sont appelés aux urnes, ce dimanche, pour élire leur président et leurs députés au Parlement. Une première dans l’histoire du pays qui a adopté le régime présidentiel sous Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier, donné favori de ces élections, peut se targuer d’avoir transformé le pays à coup de mégaprojets et d’infrastructures. Mais sur le plan des libertés, la Turquie a été beaucoup critiquée pour les nombreuses dérives du régime, surtout après le putsch manqué de juillet 2016. L’économie est également en difficulté avec la chute de la livre turque et la flambée des prix, malgré une croissance de 7,4% en 2017.

Erdogan affronte une opposition décidée à le faire tomber. Son adversaire, Muharrem Ince, celui du CHP, est considéré comme le mieux placé pour être au second tour, prévu le dimanche 8 juillet. Si Ince est qualifié d’"apprenti" en politique par Erdogan, il suscite toutefois quelques inquiétudes au niveau du pouvoir en place. Erdogan a d’ailleurs reconnu que la campagne "n’est pas facile" dans une vidéo diffusée en boucle sur les réseaux sociaux. Au total, cinq candidats vont affronter le président sortant. 519 000 observateurs, en majorité des Turcs, vont être répartis dans les plus de 180 000 bureaux de vote à travers le pays.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc