×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Epidémie

    Par L'Economiste| Edition N°:3338 Le 11/08/2010 | Partager

    Faut-il en rire ou en pleurer? L’OMS siffle la fin de partie pour la pandémie de la grippe H1N1. En attendant le nouveau feuilleton, le prochain microbe, une souche mutante ou rescapée de la grippe porcine-aviaire-équine ou quelque chose du genre, le ressentiment chez une bonne partie de la population reste celui d’un profond malaise. A-t-on surexagéré la crise? et pour servir quels intérêts?Comme pour beaucoup d’autres pays, la question est de savoir si le Maroc a été grugé par des campagnes de catastrophisme international. Le principe de précaution voulait sans doute que l’on y prête l’oreille. Et ne cherchez surtout pas de boucs émissaires locaux. Interpellée sur le sujet, Yasmina Baddou avait dénoncé avec franchise sur ces colonnes des contrats léonins conclus avec l’industrie pharmaceutique pour l’achat de vaccin. Que pouvait-on bien faire d’autre. La vraie morale est à chercher ailleurs. Dans un déséquilibre de progrés et d’innovation qui fait que d’un côté, il y a ceux qui ont apprivoisé la science, pour en faire une machine à cash, aux milliards, à la croissance. De l’autre, ceux qui la subissent, éternels cobayes d’un monde qu’ils ne contrôlent pas et qui leur impose, souvent au prix fort, les «droits de retransmission». C’est cela les vrais gisements. Ceux de la matière grise sur laquelle les nations développées ont fait le pari, lorsque d’autres fanfaronnent avec des puits de pétrole ou de gaz et d’éphémères économies de rente. Dans cette affaire tout n’est pas mauvais, loin s’en faut. Les campagnes de sensibilisation par exemple auront eu le mérite d’insister sur l’hygiène: éternuer dans un mouchoir, se laver les mains.H1N1, ou pas, c’est un chantier pour lequel il faut maintenir le matraquage. Pour nous éviter les vraies épidémies.Mohamed Benabid

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc