×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Détournement

    Par L'Economiste| Edition N°:3826 Le 13/07/2012 | Partager

    De partout fusent les programmes de promotion pour les PME. Ici c’est une opération pour faciliter les études, là c’est pour faciliter l’équipement informatique, ou bien pour la formation, ou... Les banques elles-mêmes ont été sommées de prêter le plus largement possible, le plus d’argent possible aux PME. Le projet de réforme du décret des marchés publics veut créer un domaine réservé pour les PME. Et les membres du gouvernement se plient à la lourde discipline de participer aux manifestations impliquant la PME, pour bien montrer l’importance stratégique qui lui est donnée.
    Pas de doute, c’est le retour de la PME sur le devant de la scène. Malheureusement, le devant de la scène n’a rien à voir avec ce qui se passe en salle, dans les coulisses; rien à voir avec ce qui se passe dans la vie réelle des entreprises.
    La crise européenne frappe les PME du Maroc, certes, mais seulement celles qui sont  dans le tourisme et les exportations.
    En revanche, les finances publiques marocaines, elles, ont un impact dur et massif.
    Loin de nous l’idée de dire que l’Etat devrait  dépenser pour faire plaisir aux PME! On ne construit pas un pays en suivant ses lobbies.
    En revanche, on le détruit en ne payant pas les factures.
    Partout, ministère des Finances en tête, l’Etat jure qu’il est à jour dans ses dettes, qu’il n’a pas de retard. En réalité, il s’agit uniquement d’un tour de passe-passe dans le vocabulaire administratif.  Si un paiement d’une dette publique n’est pas ordonné, le délai n’est pas compté. Il suffit donc d’oublier d’ordonner.
    Cette hypocrisie montre le mépris de nombreux  services publics  à l’endroit des citoyens-contribuables-électeurs, lesquels, pourtant, font vivre les fonctionnaires et les hommes politiques.
    Et puis, faire traîner les paiements au-delà de six mois relève, qu’on le veuille ou non,  d’une sorte de gigantesque détournement de fonds, du privé vers le public.

    Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc