Yassine Jamali est agriculteur et docteur vétérinaire (Ph. YJ)

Edition N° 5300 | Le 25/06/2018
Depuis toujours, la pluie a déterminé l'abondance des récoltes et par conséquent la prospérité économique au Maroc. Dans le but d'échapper aux sécheresses récurrentes, l'irrigation a été développée, à partir des barrages ou des nappes souterraines. Assez rapidement le niveau des nappes a enregistré une baisse régulière. Les puits sont passés de 15 à 50 m de profondeur, puis ont été remplacés par...
Edition N° 5254 | Le 18/04/2018
«Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse» (H. L. Mencken). Exemple de problème complexe: Les chiens errants et les zoonoses ou maladies qu’ils peuvent transmettre à l’homme. Exemple de solution simple, directe et fausse: l’abattage des chiens errants. Depuis plusieurs années, des associations marocaines de Protection animale œuvrent laborieusement pour...
Edition N° 5107 | Le 15/09/2017
Terrorisme, agressions sexuelles, le Maroc s’illustre tristement en cette fin d’été. L’indignation et le déni s’affrontent autour de ces faits divers dont la concomitance renforce à la fois l’horreur et la signification. Car ils ont une signification: ils sont révélateurs de l’état du corps social. La jeunesse des (présumés?) violeurs du bus et l’indifférence des passagers illustrent la banalité...
Edition N° 5085 | Le 11/08/2017
Le meilleur ami de l’homme peut aussi devenir une source de nuisance. C’est parfois le cas pour la population de chiens errants au Maroc, estimée à 2 millions et plus. Certains sont réellement errants, et n’ont pas de maître. D’autres sont dits «en divagation» car ils ont un maître mais circulent librement pour se nourrir dans les décharges ou les poubelles individuelles. Ne bénéficiant d’aucun...
Edition N° 5060 | Le 07/07/2017
Abondamment cité comme «le symbole équestre du pays», le cheval barbe cherche sa voie, en compagnie de son cousin l’arabe barbe.  Depuis quelques décennies, la Tbourida s’est imposée comme son débouché naturel et son réservoir. Barbe et arabe barbe ont été assimilés au folklore et à l’apparat, en occultant leur immense passé guerrier et sportif. Or la Tbourida exige des chevaux grands et...
Edition N° 4955 | Le 07/02/2017
Des arbres fruitiers résistants comme l’olivier, le caroubier ou l’amandier peuvent être plantés en association avec les céréales et légumineuses bour. Leur système racinaire permet le développement de divers microorganismes et la chute de leurs feuilles apporte des matières organiques au sol. Sur les deux photos, une association d’amandier et de céréales dans la région d’Azilal au Moyen...
Edition N° 4865 | Le 28/09/2016
Après plusieurs programmes nationaux d’adduction d’eau au bénéfice du monde rural, près de 15 millions de ruraux marocains répartis en 32.000 douars jouissent dans leur quasi-totalité d’un accès permanent à l’eau potable, via des bornes-fontaines ou des branchements individuels, selon qu’il s’agit d’habitat groupé, semi-groupé ou dispersé. Cette amélioration du confort et du niveau sanitaire s’...
Edition N° 4807 | Le 01/07/2016
Avec à peu près 120.000 chevaux, le Maroc possède le plus grand cheptel équin de toute la zone MENA. Mis à part quelques milliers de chevaux de sport (course et obstacle essentiellement), la population équine marocaine se compose d’une forte minorité de chevaux de Tbourida, et d’une majorité de chevaux utilitaires. Ces derniers sont omniprésents, dans les villes où ils tirent les calèches,...
Edition N° 4786 | Le 02/06/2016
Meknès, mai 2016. C’est le Salon international de l’agriculture marocaine ou Siam 2016. Dans cette splendide vitrine de notre agriculture, l’élevage est à l’honneur. Les nombreux visiteurs se pressent pour admirer les plus beaux représentants de toutes les espèces et races domestiques élevées au Maroc. Toutes...  à l’exception des deux races canines nationales: le sloughi et le berger de l’Atlas...
Edition N° 4591 | Le 19/08/2015
Avec une moyenne annuelle de 416 cas d’animaux et 20 à 22 cas d’humains Yassine Jamali est agriculteur et docteur vétérinaire tous mortels, la rage reste une zoonose très présente dans notre pays. Dans la majorité des cas, le vecteur reste le chien et c’est pourquoi il est au centre des programmes de prophylaxie, qu’il s’agisse des campagnes de vaccination ou d’abattage. A titre d’exemple,...
  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc