L'Edito

Chibanocratie

Par Mohamed BENABID| Edition N°:5399 Le 27/11/2018 | Partager
mohamed_benabid.jpg

Le leader de la CDT Noubir Amaoui, qui a régné sans discontinuité pendant près d’un demi-siècle, cède officiellement sa place à 83 ans. La relève est assurée avec un remplaçant qui en compte au moins... 70. 

Sans remettre en cause les qualités du légendaire sortant et sans doute aussi des capacités de leadership du nouveau casting, difficile de ne pas s’arrêter sur le modèle gérontocratique qui caractérise au Maroc tant le monde syndical que politique.

Dans plusieurs formations, les zaïms restent inamovibles quand ils ne caressent pas le vieux rêve de rendre dynastique leur succession. Lorsque les rotations s’avèrent indispensables, c’est souvent pour préserver des rentes, en réponse à des crises.

Il ne s’agit pas tellement d’entretenir par un effet de mode un discours sur le jeunisme, après tout l’on peut être jeune dans son esprit, que de dénoncer le risque d’usure du pouvoir. L’absence de changement incarnée par le décalage générationnel et l’incapacité à prendre en main les réalités collectives continue d’alimenter la méfiance. Et les remèdes sont loin d’être acquis.

Faire le pari d’un filtrage technique en imposant des limites d’âge pour traquer les risques de «chibanocratie» lors des scrutins n’est pas nécessairement garant de succès. Finalement, c’est aux différentes formations d’être imaginatives pour montrer naturellement la voie dans la bataille de renouvellement des élites et des idées.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc