×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Zoom sur Marrakech

    Par L'Economiste | Edition N°:297 Le 25/09/1997 | Partager

    La ville ocre réserve quelques surprises concernant les indicateurs socio-démographiques. En revanche, comme pour les autres préfectures, les disparités entre provinces sont importantes.


    Avec un peu plus de 2 millions d'habitants, la ville de Marrakech est l'une des plus peuplées du Maroc. Elle dispose d'un des plus forts taux d'urbanisation du pays. Néanmoins, les densités de population sont différentes entre Marrakech-Médina et Marrakech-Ménara. Les écarts sont encore plus marqués à Sidi Youssef Ben Ali. La première province compte 27.604 habitants au km2, l'une des densités les plus importantes du pays après Al Fida Derb-Sultan à Casablanca. La deuxième, en revanche, se situe à un niveau de densité très moyen, 389,6 habitants au km2. La troisième connaît une densité des plus faibles, 161,7 ha/km2. Le niveau d'urbanisa-tion atteint les 66%.
    A Marrakech-Médina, les femmes sont majoritaires. Elles constituent près de 52% de la population. Par contre, à Marrakech-Ménara, dans la majeure partie des municipalités (Guéliz ou dans le cercle de Loudaya), c'est le sexe fort qui l'emporte avec un rapport d'un peu plus d'un homme pour une femme. Il en est de même pour Sidi Youssef Ben Ali.
    La taille moyenne des ménages est de 5 personnes pour Marrakech Medina et 5,5 pour Marrakech-Ménara. Ces tailles sont légèrement inférieures à la moyenne nationale, telle qu'elle ressort du dernier recensement de 1994, qui oscille autour de 5,85. Le fort taux d'urbanisation aura finalement contribué à faire baisser la taille moyenne des ménages. Pour Marrakech-Médina, cette taille est proche du Méchouar-Casa. A Sidi Youssef Ben Ali, la taille des ménages en moyenne avoisine les 6. Quant au nombre d'enfants par femme dans cette région, il reste bien en deçà de la moyenne nationale de 3,3 et va même jusqu'à 2 pour Marrakech-Medina. Dans les deux autres provinces de Marrakech, l'indice synthétique de fécondité est variable d'une municipalité à l'autre.

    1 vieux pour 3 jeunes

    Les femmes de la municipalité de Aït Imour sont plus fécondes (4,12 enfants par femme) que celles de Marrakech-Médina (2,01). Normal pour ces dernières, elles se marient plus tardivement. L'âge en effet au premier mariage se situe à 32,7 ans contre 30 ans environ pour les deux autres municipalités. Les femmes du cercle de Loudaya dans la province de Marrakech-Médina, se marient encore plus jeunes.
    Hormis cette dernière province, les couples peuplent les murs de la ville ocre. La proportion des célibataires est nettement inférieure.
    Quant à la structure de la population, la proportion des moins de 15 ans est en deçà de 35% et même de 30% pour Marrakech-Médina (26,7%). Leur nombre reste bien inférieur à la moyenne nationale (37%). Dans ce groupe d'âge, c'est la catégorie de 6 à 14 ans qui représente la plus grande proportion. Les plus de 60 ans représentent 10% de la population totale de Marrakech-Médina. A Marrakech-Ménara, ils sont beaucoup moins nombreux avec un peu plus de 6%. Entre les deux provinces de Marrakech, les disparités sont grandes. Quant à Sidi Youssef Ben Ali, le pourcentage des plus de 60 ans correspond à la moyenne nationale (7,1%).

    Concernant l'alphabétisation de cette région, les taux sont alarmants. Sidi Youssef Ben Ali arrive en tête avec 58,2% d'analphabètes contre 42,4 pour les deux autres provinces. Néanmoins, dans les municipalités de Loudaya, le taux avoisine les 70%. Comme à l'accoutumée les femmes sont les premières victimes de cette plaie nationale. Encore une fois, le record est battu par la municipalité de Loudaya avec 73,8%. Suivent les femmes de Sidi Youssef Ben Ali avec 66% d'analphabètes.
    Corollaire, les taux de scolarisation sont inférieurs à 80% et vont même à peine jusqu'à 64,4% à Sidi Youssef Ben Ali. Les disparités entre municipalités sont encore plus marquées. Les enfants des municipalités de Guéliz et Méchouar-Kasba sont beaucoup plus favorisés que Loudaya. Les mêmes disparités se retrouvent entre la municipalité de Sidi Youssef Ben Ali et le cercle Bour.o


    Ménara: 4 personnes sur 10 n'ont pas d'eau

    A l'exception de Sidi Youssef Ben Ali, la population en âge d'activité dans la ville de Marrakech est l'une des plus importantes du pays. Elle reste néanmoins inférieure à celles de Casablanca ou de Rabat. Pour les trois provinces, elle se situe au-delà de la moyenne nationale de 56%. Conséquence: les taux d'activité oscillent entre 35,7% pour Sidi Youssef Ben Ali, 36,3% pour Marrakech-Ménara et 40,1% pour Marrakech-Médina. Fait curieux, le taux d'activité des femmes est bas avec des creux allant jusqu'à 4,1% dans la province de Loudaya. Est-ce à dire que les femmes renoncent volontairement au travail? Tout prête à y croire. Cette même province affiche un taux de chômage féminin assez fort (23,9%), d'après le recensement de 1994. Les records ne sont pas pour autant battus. L'ensemble de la région concentre des taux variant de 7,1% dans le cercle de Bour à 36,5% Sidi Youssef Ben Ali. Ces taux sont néanmoins atténués par la tendance générale qui est comprise entre 19,6 et 14,2%. A l'instar de Rabat et Casablanca, la ville rouge ne déroge pas à la règle d'abriter une forte population de salariés, avec le taux le plus haut à Marrakech-Ménara (73,2%).
    L'esprit d'entreprise est plus apparent à Marrakech-Médina (29,8%) et dans le cercle de Bour. La ville reste principalement à vocation touristique et artisanale.

    Côté confort de vie, les «Marrakchis» sont pour la propriété privée. La grande majorité sont propriétaires, mais la plus forte proportion se trouvent à Loudaya avec 81%. Les pourcentages les plus bas se retrouve à Marrakech-Médina et Marrakech-Ménara avec respectivement 48,5 et 47,5%.
    Si la plupart des habitants sont équipés en WC, il n'en est pas de même des bains-douches avec des taux qui varient de 10,6 à 36,7%.
    En matière d'infrastructure de base, il reste encore du pain sur la planche. Un peu moins de 4 personnes sur 10 n'ont pas d'eau courante à Marrakech-Ménara. Il en est de même pour Sidi Youssef Ben Ali. La situation est en revanche plus confortable à Marrakech-Médina où un peu moins de 2 personnes sur 10 sont branchées. Ces données renferment des disparités encore plus prononcées au niveau de quelques municipalités. De plus, elles datent du dernier recensement de 1994. Depuis, lors différents programmes sociaux ont permis d'atténuer ces insuffisances.

    Fatima MOSSADEQ & Meriem OUDGHIRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc