×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Wall Street suspendu aux chiffres de l’emploi

    Par L'Economiste | Edition N°:3331 Le 02/08/2010 | Partager

    . Les résultats des entreprises américaines dépassent les attentes. Mais l’actualité macroéconomique leur fait de l’ombreENCORE un peu soutenu par une saison des résultats flamboyante, Wall Street commençait à tourner son attention vers les indicateurs économiques dont l’intensité va s’accentuer cette semaine jusqu’à la publication des chiffres mensuels de l’emploi.«Tous les investisseurs veulent croire que l’économie va reprendre au 3e trimestre, mais personne ne va y croire jusqu’à ce que cela se voit dans les statistiques économiques», souligne Hugh Johnson, de Johnson Illington Associates.Et elles seront pléthores cette semaine, culminant avec les chiffres mensuels de l’emploi vendredi prochain.«La saison des résultats est largement derrière nous et les chiffres économiques importants sont à venir, comme l’emploi en juillet, mais aussi les indices ISM ou les ventes automobiles», ajoute Johnson.En l’occurrence, les indices ISM sur l’activité manufacturière et l’activité dans les services seront publiés respectivement lundi 2 et mercredi 4 août. En milieu de semaine également paraîtront les chiffres de l’emploi privé du cabinet ADP, un préambule au rapport officiel.L’attitude du consommateur américain sera disséquée dans les chiffres des dépenses et revenus des ménages mardi 3 août, alors même que «la contribution peu brillante de la consommation personnelle» a largement contribué au ralentissement de l’activité, selon Craig Peckham, de Jefferies (importante société mondiale de capital-investissement et de banque d’investissement)Le même jour seront publiées les commandes industrielles et les promesses de ventes de logement, mais ces données porteront sur le mois de juin«Au cours de la semaine écoulée, on a pu observer une continuation du modèle général de cette saison de résultats, avec des sociétés qui dépassent les attentes», constate Craig Peckham.Mais l’effet de surprise dissipé, une certaine «fatigue» commençait à se faire sentir, selon l’analyste. Sur la semaine écoulée, l’indice Dow Jones est monté de 0,40% à 10.465,94 points. En juillet, l’indice a enregistré sa plus forte progression mensuelle en un an, en engrangeant 7,1%.Le Nasdaq, à dominante technologique, a abandonné 0,66% à 2.254,70 points, et l’indice élargi Standard and Poor’s 500 0,10% à 1.101,60 points. Tous les deux ont gagné 6,9% sur un mois.La semaine dernière avait commencé sur les chapeaux de roues, avec une hausse d’environ 1% pour le Dow Jones, mais l’indice vedette s’est rapidement retrouvé sous pression, alors que l’actualité macroéconomique a commencé à faire de l’ombre aux nouvelles en provenance des entreprises américaines. Le recul de l’indice de confiance des ménages du Conference Board mardi dernier, même atténué par celui de l’université du Michigan vendredi, a mis un frein au marché.Le discours prudent de la Fed dans son rapport de conjoncture n’a fait que confirmer les inquiétudes du marché sur la pérennité de la croissance.A. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc