×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Vin: L’accord avec les USA entériné

    Par L'Economiste | Edition N°:2177 Le 22/12/2005 | Partager

    . Meilleure protection pour les dénominations d’origine comme champagne ou chiantiLes ministres européens de l’Agriculture ont entériné, mardi dernier à Bruxelles, l’accord sur le vin conclu le 15 décembre entre la Commission européenne et les Etats-Unis. Cet accord vise à protéger davantage les dénominations communautaires comme le champagne ou le chianti.Cet accord est «vraiment un succès après 20 ans de négociations, car les Etats-Unis sont le premier marché» pour les producteurs européens, a déclaré la commissaire à l’Agriculture, Mariann Fisher Boel, de retour de la réunion de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Hong Kong. La commissaire espère progresser encore dans la prochaine phase de négociation prévue, pour que les Etats-Unis cessent complètement d’utiliser des appellations européennes, y compris sur leur propre territoire. Sa stratégie consiste notamment à faire pression sur les Etats-Unis par le biais de l’OMC . Selon les termes de l’accord, «les Etats-Unis et l’UE reconnaissent explicitement leurs dénominations de vin respectives comme des dénominations d’origine».Le gouvernement américain proposera donc au Congrès de limiter l’utilisation aux Etats-Unis de 17 appellations comme le bourgogne, le chablis, le champagne, le chianti, le madère, le porto, le sauternes ou encore le sherry.Ainsi, l’appellation existante «champagne de Californie» restera légale sur le seul marché américain pour une «période limitée», mais ne pourra pas être utilisée dans une nouvelle zone de production.L’idée est notamment, à terme, d’interdire complètement l’utilisation de ces 17 dénominations pour les vins produits aux Etats-Unis. L’accord comprend aussi des concessions réciproques sur certaines pratiques viticoles américaines ou sur les principes d’étiquetage en Europe.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc