×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Vieillissement, forte urbanisation : Le paysage démographique en 2060

    Par L'Economiste | Edition N°:260 Le 26/12/1996 | Partager

    En 2060, une personne sur 5 sera âgée de plus de 65 ans. Deux personnes sur 3 vivront en ville. Et à peu près une sur deux sera en âge de travailler. Les utilisateurs de projections à long terme ont matière à réflexion. Il faudra planifier les besoins de cette population estimée à 45 millions.


    «Nous serons 45 millions d'habitants en 2060», prédit le Centre d'Etudes et de Recherches Démographiques du Ministère de la Population dans ses projections à long terme.
    La population quadruplera ainsi en un siècle. En 2060, la population active sera de 27,8 millions d'habitants, en régression par rapport à 2044 où elle devrait atteindre le maximum de 28,9 millions.
    A côté de cela, dès 2012, la croissance de la proportion des vieux (plus de 65 ans) sera fulgurante, car elle sera multipliée par plus de 4 dans la population totale. Les personnes âgées de plus 65 ans feront ainsi en 2060 à peu près 20% de la population. L'indice synthétique de fécondité devrait de son côté continuer à baisser pour atteindre 2,01 enfants par femme.
    Le taux brut de mortalité diminuerait considérablement pour atteindre sa valeur minimale de 5,1% entre 2014 et 2019. A partir de cette période et sous l'effet du vieillissement démographique, il amorcerait une remontée sensible qui l'amènera à 11,5% en 2060.
    Parallèlement, les espérances de vie projetées continueront à augmenter et atteindront, à l'horizon 2060, 76 ans pour les hommes (73,2 en 1999) et 80 ans pour les femmes (77,8). Elles correspondent ainsi à celles existant dans les pays les plus avancés.

    Financement des retraites


    Tout ces éléments aboutissent à un même constat: un vieillissement progressif de la population, à l'image du phénomène observé actuellement dans les pays d'Europe occidentale et en Amérique du Nord, où la transition démographique est pratiquement achevée. La proportion des vieux est estimée en effet en 1990 à 19,4% en Europe du Nord et du Sud, à 17,8% en Europe de l'Ouest et à 21,6% en Amérique du Nord.
    Concrètement, ce sera sans doute l'une des plus importantes préoccupations du 21ème siècle. Il va, non seulement falloir trouver une solution à la question de l'emploi, mais aussi au financement des retraites.
    Au-delà des chiffres, c'est toute la structure géographique et par âge de la population qui va changer avec les conséquences que cela implique. Les conséquences sont en effet importantes, non seulement pour l'aménagement du territoire, mais également en terme social.

    Poussée démographique


    L'incidence la plus directe est une modification du paysage urbain, avec une prolifération des villes moyennes. Les 2/3 de la population seront des citadins, les villes devront en tenir compte. Le taux d'urbanisation atteindrait dès 2014 65,1% puis 71,6% en 2060 contre 29,2% en 1960.
    En fait, il s'agit aussi dès à présent de planifier les besoins de la génération qui nous suit en matière d'enseignement, de santé, de logement...
    Actuellement, il s'ajoute chaque année un demi-million d'habitants, dont 400.000 en zone urbaine. La population marocaine en 2010 devrait être de 33,2 millions. Pour faire face déjà à cette forte poussée démographique, il faut un taux de croissance annuel de 6%, estime le Ministère de la Population à travers son projet de plan.
    Globalement, durant un siècle (1960 à 2060), la population urbaine serait donc multipliée par près de 10, alors que la population rurale sur la même période devrait à peine doubler. La population urbaine, qui était de 13,4 millions en 1994, devrait franchir le cap des 26 millions dès 2024 pour atteindre 32,5 millions vers 2060.

    L'effectif rural connaîtra de son côté une évolution plutôt modeste. Il passerait de 8,2 millions d'habitants à près de 13 millions en 2060. Cette évolution démographique tient compte de l'exode rural persistant. A partir de 2040 cependant, la croissance démographique devrait se ralentir. La structure par âge de la population, qui a connu un rajeunissement constant, a permis de porter la proportion des enfants de moins de 15 ans à un maximum de 46% en 1971 avant de s'infléchir, sous l'effet de la baisse de la fécondité, à 37% en 1994. La contrepartie de la diminution de la proportion des enfants aura pour corollaire la montée de la proportion des adultes, de l'ordre de la moitié de la population en 1971, aussi bien dans l'ensemble du pays que dans ses composantes urbaine et rurale. La proportion des adultes atteindrait son maximum, à savoir 68%, en 2034, avant de décliner sous l'effet d'un rapide vieillissement.
    Les enfants de moins de 15 ans, de leur côté, seront environ 8,1 millions, dont près des 2/3 en milieu urbain.

    Fatima MOSSADEQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc