×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Véhicules de construction: Appétits américains

    Par L'Economiste | Edition N°:3418 Le 06/12/2010 | Partager

    . Le groupe Terex Cranes réunit ses distributeurs au Maroc. L’équipement portuaire, BTP… des secteurs porteursLE 3e fabricant mondial d’engins de construction Terex Cranes a de nouvelles ambitions sur le Maroc. L’entreprise vient en effet d’organiser, pour la première fois, une réunion des distributeurs en dehors de ses usines installées aux Etats-Unis. Ce premier rendez-vous a eu lieu récemment au Maroc. Ce qui témoigne de l’importance du marché marocain et nord-africain dans la stratégie commerciale de l’entreprise. «Le Maroc présente de bonnes opportunités pour notre activité. C’est vrai qu’auparavant, le marché était instable, mais aujourd’hui, la croissance est de retour», souligne Rick Nichols, PDG de Terex Cranes. Par instabilité, le PDG entend les perturbations que le marché marocain a connues entre 2009 et 2010 suite à la crise économique mondiale, aux intempéries et autres inondations. En revanche, le management reste optimiste sur le potentiel commercial en 2011. «Nous estimons qu’il y aura une reprise qui boostera l’activité des engins», soutient Nichols. Mais Terex Cranes n’est pas la seule entreprise spécialisée dans la fabrication d’engins de construction à s’intéresser au Maroc. C’est le cas aussi pour les entreprises opérant dans le secteur du levage à l’instar de New Holland qui vient de sceller un partenariat avec Fenie Brossette (cf.www.leconomiste.com). Le fabricant américain a également des ambitions dans le secteur de l’équipement portuaire. Terex, qui est un nouvel entrant sur le marché, compte s’y positionner. Le management compte saisir les opportunités offertes notamment par les projets d’extension des ports. «Lorsque nous avons acquis il y a plus de 15 mois le groupe Fantouzi qui opérait au Maroc, il était en situation de dépôt de bilan et avait perdu la confiance des fournisseurs», rappelle le PDG de Terex. Et c’est la raison pour laquelle Fantouzi n’a pas pu se positionner sur les marchés de TangerMed. La première démarche du fabricant américain était de rétablir la confiance. Pour y arriver, il a injecté des fonds pour régler les dettes et remettre en place les usines en difficulté.Sauf qu’aujourd’hui, l’entreprise fait face à la prolifération des engins d’occasion importés d’Europe. Ce qui n’est pas sans impact sur le marché des équipements neufs. «Mais, si le Maroc a pu instaurer une réglementation limitant l’importation des voitures de plus de 5 ans, il pourra aussi mettre des verrous pour les vieux engins de construction», signale Dominco Paduanao, DG de Vemat, représentant exclusif de la marque Terex au Maroc.


    Acquisitions

    Terex Cranes a été fondée en 1992. Spécialisée dans la fabrication d’engins de levage (grues à tour, mobile, sur camion, à chenilles, concassage, machines de manutention…), l’entreprise pèse près de 8 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Elle s’est développée principalement via une série d’acquisitions. En 1995, Terex rachète PPM Cranes et cède en 1996 Clark Material Handling. En 1998, Terex élargit son offre-produits pour l’exploitation minière et s’offre Payhauler et O&K Mining. En 2004, Terex achète Noble CE (fabricant de camions destinés à l’exploitation à ciel ouvert) qui devient Terex Mexique. Le fabricant d’engins de construction est présent au Maroc via son distributeur exclusif: Vemat.J.B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc