×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    USA: Hausse de la production industrielle

    Par L'Economiste | Edition N°:3344 Le 19/08/2010 | Partager

    . Elle a bondit de 7,7% en juillet. Tirée par le secteur manufacturier, notamment l’automobile Les dernières données de la production industrielle de juillet aux Etats-Unis rassurent. En effet, l’indicateur a grimpé de 1 %, par rapport au mois précédent, d’après les chiffres publiés mardi dernier par la banque centrale (Fed). En rythme annuel, la production industrielle a rebondit de 7,7% en juillet. Elle a été tirée par le secteur manufacturier, qui a fourni le moteur de la hausse (+1,1%). La palme de la croissance en juillet revient à l’automobile, avec un bond de 9,9% (véhicules et équipements confondus). «Le principal moteur a été le bond de 9,9% de la production de véhicules, les fermetures saisonnières d’usines étant limitées par la relative faiblesse des stocks», a souligné Brian Bethune, d’IHS Global Insight. «Cela représente un départ encourageant au troisième trimestre. (...) La vigueur de l’industrie manufacturière soutient notre point de vue selon lequel le moral des entrepreneurs restera solide au troisième trimestre», a calculé Peter Newland, de Barclays.En revanche, les services aux collectivités n’évoluaient que de +0,1%. La production des mines (+0,9%) et celle d’énergie (+0,1%) ont également progressé. Par ailleurs, le taux d’utilisation des capacités industrielles a fait un bond à 74,8% en juillet, contre 74,1% en juin et 69,1% en juillet 2009.Les économistes, et les marchés, s’interrogent depuis plusieurs semaines sur la solidité de la croissance américaine. «Le ralentissement est probable, mais son ampleur, qui dépendra principalement de la résistance de la consommation, patente jusqu’ici, mais aussi du commerce extérieur et de l’investissement, est la grande inconnue», relève Les Echos. En revanche, les statistiques sont plus froides dans l’immobilier. La construction de logements aux Etats-Unis est restée en basses eaux le mois dernier, avec des mises en chantier inférieures aux attentes et un record de faiblesse pour les permis de construire, selon des chiffres publiés mardi dernier par le département du Commerce. Les mises en chantier ont progressé de 1,7% par rapport au mois précédent, à 546.000 en rythme annuel. Les analystes tablaient, en effet, sur un rétablissement plus marqué à 555.000 unités. Mais le département du Commerce a révisé à la baisse le chiffre de juin, à 537.000 contre 549.000 initialement estimé.M.Az

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc