×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Une zone franche export à Nouaceur

    Par L'Economiste | Edition N°:3421 Le 10/12/2010 | Partager

    . Le décret publié au BO du 29 novembre . Le site s’étend sur 78 hectares en complément de la technopôle La zone franche d’exportation de Nouaceur est officiellement créée. Son décret d’application vient d’être publié au bulletin officiel n° 5895 du 29 novembre 2010. Etendue sur une superficie de 78 hectares, elle vient donc renforcer la technopôle de Nouacer. Le site est dédié aux industries aéronautique, électrique, de défense et sécurité. «Elle cible les PME de référence et performantes qui ont besoin de se développer à l’international. Il existe une forte demande puisque nous sommes dans une industrie qui fait face à une importante compétition», explique Hamid Benbrahim El Andaloussi, président du Groupement des industries et services aéronautiques au Maroc (Gimas). La mise en place de la zone franche renforcera la compétitivité marocaine dans cette industrie. Les investisseurs bénéficieront d’un régime administratif allégé. Ils seront également exonérés des droits d'enregistrement et de timbre pour la constitution ou l'augmentation du capital et pour l'acquisition de terrains. Ils bénéficieront aussi d’une exonération totale de l’impôt sur les sociétés durant les cinq premières années, suivie d’une réduction des taux à 8,75% à partir de la sixième année. Dans le pacte pour l’Emergence industrielle, le secteur aéronautique et spatial bénéficie d’un programme de développement dédié. Ce secteur, dont le Maroc fait un de ses métiers mondiaux, est promis à une forte croissance. Si cette industrie a connu quelques difficultés partout dans le monde en 2010, les sous-traitants marocains achèveront l’année sur une note positive, selon El Andaloussi. L’on table aussi sur une forte relance de l’activité dès 2011-2012. Avec cette nouvelle plateforme industrielle intégrée (P2II), qui a un statut de zone franche, l’on s’attend aussi à doubler les effectifs employés sur le site de Nouacer. La technopôle a permis de créer 8.000 emplois. Par ailleurs, la zone franche de Kénitra, prévue initialement sur une superficie de 344 hectares, sera érigée sur 199 hectares. Un amendement dans ce sens vient d’être publié dans le bulletin officiel n° 5895. Ce changement s’explique par la forte demande du marché locale. Et donc cette P2II dédiera une superficie plus importante à une zone libre ou généraliste. Connue sous le nom d’Atlantic Free Zone, la zone franche de Kénitra abritera les industries textiles et cuir, l'agro-industrie, les industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques incluant l'industrie automobile, les industries chimiques et parachimiques et des services. A terme, l'objectif de ce projet est l'intégration de la chaîne industrielle automobile dans la région et la création de 10.000 à 15.000 emplois dans ce secteur.Dans cette zone franche, les investisseurs bénéficieront d'un cadre sectoriel incitatif et d’avantages liés aux coûts d'installation et d'exploitation. Les travaux ont démarré au cours du premier trimestre 2010 et les premières installations seraient livrées fin 2011. Cette plateforme est réalisée par la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) à travers sa filiale MedZ et le logisticien espagnol Edonia World. Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc