×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Une idée originale d'aide aux mini-entreprises

    Par L'Economiste | Edition N°:1 Le 31/10/1991 | Partager

    La MADI (Maghreb Développement Investissement) est un mélange d'aides caritatives et de méthodes capitalistes, destiné à soutenir les mini-entreprises, dans les pays en voie de développement ou en recon-struction. Son objectif est l'aide au démarrage, ou à la relance, d'activités économiques, notamment celles qui n'entrent pas dans le champ du crédit bancaire classique.
    Le MADI est une fliale, à 27%, de la SIDI, Société d'Investissement et de Développement International, elle-même issue du croisement entre des fonds d'aides humanitaires et des produits financiers "dernier cri". Son capital est détenu par le fondateur, le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (C.C.F.D) au travers du Fonds épargne - investissement - développement. Celui-ci est alimenté par les revenus d'un instrument boursier, le Fonds commun de placement Faim et Développement. Le C.C.F.D. est une des principales organisations non-gouvernementales françaises d'aide au développement.

    Les autres actionnaires de la S.I.D.I. Sont:
    - des banques et institutions financières dont le Crédit Coopératif, la Caisse de Dépôts et Consignations, la Banque Industrielle et Mobilière Privée, la Société d'Investissement Nord-Sud, Développement (France), la Société Coopérative Oecuménique pour le Développement (Pays-Bas),
    - la Fondation pour le progrès de l'Homme et d'autres associations,
    - des particuliers regroupés au sein de l'organisme sans but-lucratif, Epargne Solidarité - Développement.
    La SIDI a aussi orienté vers MADI plusieurs organismes dont la S.C.O.D. (Société Coopérative Oecuménique pour le Développement) qui détient 27% du capital de MADI. Cette dernière prête ou garantit des prêts à des coopératives dans les pays en voie de développement.
    La Banque Centrale Populaire, première banque marocaine, specialisée dans le financement des petits entreprises détient la part de capital la plus importante : 30%.
    Les autres parts du capital de M.A.D.I sont détenues à hauteur de 6% par la Fondation du Crédit Coopératif, organisme français spécialisé dans le financement d'entreprises et le développement économique local, et de 10% par les personnes physiques. MADI en plus des services financiers (prises de participation et cautionnement bancaire), offre une assistance technique : le conseil en étude de faisabilité et le conseil de gestion.

    Les moyens financiers dont dispose M.A.D.I sont :
    - un capital de 1 million de DH pour des prises de participation,
    - des cautions bancaires émises par ses partenaires européens SIDI et SCOD,
    - la collaboration de la Banque centrale Populaire pour l'études et l'obtention éventuelle de crédits.
    Mais les plus importants moyens dont dispose M.A.D.I. sont les ressources humaines dont la plupart sont bénévoles. En effet, une quarantaine de professsionnels interviennent à la demande de M.A.D.I pour des missions d'expertise.
    D'un autre côté, en Avril 1991 pour alléger les travaux de M.A.D.I a été créée l'AMAPPE, association à but non lucratif. Son objectif est d'aider les personnes issues de milieux défavorisés à monter leur projets d'entreprise participatives. Une fois le projet formalisé, et selon les souhaits du ou des créateurs, l'AMAPPE l'oriente vers MADI ou l'assiste dans une demande de financement bancaire.

    Depuis sa création, M.A.D.I a participé à la réalisation d'une quizaine de projets. La création d'emplois par projet varie en moyenne de 2 à 15 pesonnes.
    M.A.D.I a organisé dernièrement un séminaire - colloque du 23 au 26 octobre 1991 sur le thème "capital - risque, financement et création d'entreprise".
    Il a été question d'une sen-sibilisation aux problèmes de finan-cement de la petite et micro-entreprise et des moyens de les dépasser.
    Diffèrentes initiatives se sont exprimées à cette occasion : l'institution prochaine par la B.C.P, d'une fondation des banques populaires pour la création de la petite entreprise, la possibilité de coopération avec le P.N.U.D et l' U.S.A.I.D, la création prochaine de la Société Africaine d'Investisseement à laquelle participera activement S.I.D.I.

    Laïla TRIKI.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc