×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Un nouveau schéma directeur aéroportuaire

    Par L'Economiste | Edition N°:3348 Le 26/08/2010 | Partager

    . Objectif: anticiper les évolutions futures du traficAU terme du premier semestre 2010 et malgré la crise, les aéroports marocains ont vu transiter plus de 6,1 millions de passagers, en progression de 16% par rapport au premier semestre 2009. Une tendance qui se poursuit depuis l’entrée en vigueur de «l’open sky». Dans ce contexte, la Direction générale de l’aviation civile a lancé un appel d’offres portant sur la réalisation d’une nouvelle étude en vue d’«établir un schéma directeur aéroportuaire national». La dernière étude, réalisée en 2002, est devenue obsolète, puisque se basant sur les données enregistrées entre 1988 et 1998.L’objectif global de cette nouvelle livraison sera d’améliorer les indicateurs sur les évolutions de la demande de transport aérien. Une analyse qui devra être déclinée aéroport par aéroport, pour proposer un schéma prospectif de développement pour chacun d’entre eux.L’étude se déroulera suivant quatre phases s’étalant sur un délai d’exécution fixé à 16 mois, dont une année sera consacrée aux analyses et prévisions ainsi qu’à la déclinaison des projets de développement de chaque aéroport, représentant les deux premières phases. L’enjeu étant d’adapter les installations aéroportuaires aux niveaux de trafic prévisionnels d’ici 2030. Avec des horizons intermédiaires en 2015 et 2020.Pour les besoins de cette étude, la répartition de la demande future analysée et identifiée sera confrontée à l’offre existante pour déduire le système aéroportuaire cible: adapter les installations et identifier les besoins non couverts à travers l’élaboration d’un modèle de prévision des trafics. Ce dernier détermine les corrélations existantes entre trafic propre à chaque aéroport d’une part, et les paramètres socioéconomiques de l’autre. L’accent est mis sur les situations de tension. Par tension, l’on entend notamment l’étude du trafic en heures de pointe ainsi que des comportements des passagers, qui impactent également la fluidité du trafic. L’enjeu à terme est d’assurer la fluidité des flux humains et matériels. Dans cette optique, l’étude se penchera sur l’identification des goulots d’étranglement qui devront être traités en urgence. Aussi, l’étude se penchera-t-elle sur les moyens de transport terrestres reliant les aéroports au reste du réseau, afin de dimensionner les accès de façon optimale et doter les parkings de places suffisantes.Au-delà des considérations techniques, l’étude abordera également des éléments financiers. En effet, un benchmark international sera effectué en vue de revoir le système de tarification actuel pour accroître les recettes existantes.


    36 millions de voyageurs en 2012

    260.000 avions transitent annuellement par l’espace aérien marocain. Sur ce nombre, 95.000 atterrissent ou décollent des aéroports internationaux. A fin 2010, l’Office national des ports (ONDA) devrait atteindre une capacité d’accueil de 30 millions de voyageurs. D’ici 2012, le renforcement des infrastructures aéroportuaires devrait porter la capacité d’accueil à 36 millions de passagers.Othmane ZAKARIA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc