Enquête

Un nouveau crédit pour l'auto-emploi

Par | Edition N°:551 Le 15/07/1999 | Partager

· Lancement d'un programme d'auto-emploi financé par l'Etat et les banques à hauteur de 45% respectivement

· Le plafond du crédit ne dépassera pas 250.000 DH

Le gouvernement multiplie les mesures pour résorber le chômage. La dernière en date est le lancement d'un programme pour la promotion de l'auto-emploi. L'annonce a été faite par M. Khalid Alioua, ministre du Développement Social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle, lors d'une réunion tenue mardi dernier à Rabat. Selon lui, "ce programme concerne particulièrement le secteur informel et les petits métiers vu les opportunités d'emplois qu'ils offrent".
Le programme qui s'inscrit dans le cadre des conventions sectorielles profitera uniquement aux jeunes diplômés de mois de 35 ans. Ces derniers doivent notamment être titulaires d'un baccalauréat. S'y ajoute soit un diplôme de deux ans d'études supérieurs ou un certificat justifiant d'une formation professionnelle. Quant au plafond alloué, il ne dépassera pas 250.000 DH. Pour ce qui est des conditions de prêts, elles restent identiques à celles du crédit jeunes promoteurs. Aussi 45% du montant sera-t-il supporté par l'Etat contre un taux identique pour les établissements bancaires. Quant au porteur de projet, il devra avoir à son actif les 10% du montant du prêt. Ces projets, qui doivent être générateurs d'emplois, seront remboursés à un taux d'intérêt fixe à 5% pour l'Etat. Pour ce qui est des banques, à savoir la Banque Populaire et la Caisse Nationale de Crédit Agricole, les taux d'intérêts ne sont pas connus. Selon M. Alioua, "ces taux restent négociables avec les établissements bancaires". Concernant la durée de remboursement, elle sera étalée sur une période de 12 à 15 ans pour l'Etat. Le secteur bancaire, quant à lui, offre un remboursement étalé sur 7 ans. A signaler que l'exonération du taux d'intérêt sera accordée pour une période de 2 ans au moins.
Des mesures pour éviter les lenteurs administratives sont également prévues. Les banques (BP et CNCA) s'engagent à donner une réponse dans un délai de 15 jours. De plus, une fois les prêts accordés, le Trésor débloque les fonds dans un délai maximum d'une année.

L'assistance conseil est également financée par l'Etat. Elle sera assurée par les organismes agréés et par l'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail. Cette assistance porte notamment sur l'orientation des bénéficiaires du programme et l'accomplissement des démarches liées au démarrage. S'y ajoute l'accompagnement de l'entreprise durant sa première année d'activité.

Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc