×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Un nouveau centre Dessange à Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:2177 Le 22/12/2005 | Partager

    . Plus d’espace, plus de services. 30 millions de DH d’investissementLE salon de coiffure Dessange, sis boulevard d’Anfa n’est plus. Les ambitions de l’enseigne française sont dorénavant plus importantes. En effet, dans cinq mois, c’est un grand espace de soins et de beauté qui ouvrira ses portes sur la corniche casablancaise. Quatre étages sont dédiés au bien-être. Coiffure, esthétique, hammam et restauration sont au programme. Pour réussir le projet, les promoteurs, Saâd Benkirane, directeur de la Compagnie des plages, et Benjamin Dessange représentant la société mère, ont investi 30 millions de DH. 120 personnes seront recrutées plus une dizaine de spécialistes étrangers. La marque, fondée par le coiffeur Jacques Dessange dans les années 50, s’est d’abord développée en France, puis en Europe. Aujourd’hui, elle est implantée dans plus d’une quarantaine de pays à travers le monde. Elle réalise par ailleurs plus de 45% de son chiffre d’affaires à l’international. La clé du succès, une offre diversifiée qui dépasse le simple soin du cheveu. De fait, une large gamme de produits capillaires et de beauté contribue à la réussite de Dessange. Le concept de franchise adopté par la marque a la particularité d’offrir une large marge de manœuvre au master franchisé. «Plus que d’exporter un produit, c’est le concept de coiffure que cherche à mondialiser Dessange», expliquent les responsables. Et d’ajouter que si «les espaces Dessange se doivent de s’aligner aux couleurs et à l’identité visuelle de la marque, l’aménagement et l’organisation des salons sont adaptés aux coutumes de chaque pays». L’autre atout, selon les promoteurs, «des prix étudiés en fonction du pouvoir d’achat local». En clair, une stratégie de prix qui vise à rendre «le luxe abordable pour la majorité de clients».Ichrak MOUBSIT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc