Culture

Un monde fou

Par L'Economiste | Edition N°:2172 Le 15/12/2005 | Partager

. La «Case de l’Oncle Tom» en vente à WashingtonLa «Case de l’Oncle Tom», rendue célèbre dans un roman sur l’esclavage, est actuellement en vente à Rockville (Maryland, est), près de Washington, a-t-on appris mardi auprès de la Société historique du comté de Montgomery.«Elle est en vente», a indiqué la directrice de la Société historique, Mary Kay Harper. Selon le quotidien Washington Post, la maison coloniale de trois chambres avec la «case» adjacente est à vendre pour 990.000 dollars.Selon Harper, les autorités locales du comté de Montgomery envisagent de collecter des fonds pour l’acheter et en faire un lieu historique accessible au public. La dernière propriétaire, Hildegarde Mallet-Prevost, est morte en septembre à l’âge de 100 ans, et sa famille a décidé de mettre en vente la maison et la case adjacente où a vécu Josiah Henson, l’esclave dont l’autobiographie en 1849 a servi de modèle pour le célèbre roman «La Case de l’Oncle Tom». Né dans le Maryland en 1789, Josiah Henson a travaillé pendant 41 ans comme esclave aux Etats-Unis. En 1830, il partit avec sa famille s’installer au Canada, où il écrivit son autobiographie.. L’OMC fait fuir les pirates de DVDLes copieurs de DVD, CDRom et CD, qui ont normalement pignon sur rue à Hong Kong, ont rejoint la clandestinité à l’occasion de la tenue dans la ville de la réunion de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), grand pourfendeur du piratage. A quelques encablures du centre de conférence où travaillent les 149 pays jusqu’à dimanche, le «Computer Center» du quartier de Wan Chaï, un des nombreux repères de la copie hongkongaise, avait baissé ses rideaux mercredi 14 décembre. La fermeture de ses centaines de boutiques, où l’on peut d’ordinaire trouver à prix dérisoire le meilleur du cinéma le jour même de la sortie en salles, n’a cependant pas profité aux nombreux vendeurs ambulants qui ont l’habitude d’encombrer encore davantage les trottoirs de la mégapole.«Il y a tellement de policiers», accuse l’employé d’un magasin «légal» de Wan Chaï qui préfère malgré tout taire son nom. Neuf milliers de policiers ont en effet été mobilisés pour éviter des troubles en marge du grand rendez-vous du libéralisme économique. Le gouvernement local hongkongais répète à l’envie sa promesse de lutter contre le piratage.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc