×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Agenda

    Transport maritime : Dunkerque vante son port

    Par L'Economiste | Edition N°:148 Le 06/10/1994 | Partager

    Le port de Dunkerque veut accroître son trafic avec le Maroc. Son état-major appuyé par le service commercial de l'Ambassade de France est venu présenter son offre axée sur une nouvelle organisation.

    Les ports français poursuivent leur action marketing en direction du Maroc. Après Bordeaux, le Havre et Rouen, Dunkerque est venu proposer ses services aux opérateurs économiques et aux professionnels du transport maritime. Les arguments développés, au cours de la réunion d'information du 28 septembre, par les responsables de ce port, sont proches de ceux de leurs prédécesseurs: des équipements modernes et fonctionnels, la qualité du service, la rapidité des opérations de chargement et de déchargement, la polyvalence et des coûts raisonnables aussi bien pour la manutention que pour les navires.

    Autre argument de taille: la position géographique. Le port de Dunkerque offre en effet une bonne ouverture sur tout le Nord de la France, la Belgique et la région parisienne grâce à un bon réseau autoroutier. De même, le canal sous La Manche permet de joindre dans un très court délai toute la région londonienne.

    Selon les responsables, Dunkerque puise aussi ses forces dans une nouvelle organisation portuaire favorisée en premier lieu par l'accord sur la manutention conclu en 1992 avec les dockers. Actuellement le développement du port est axé sur trois directions:

    - Une organisation bâtie autour des terminaux spécialisés ou polyvalents dont l'exploitation est placée sous la responsabilité unique d'un seul opérateur, à l'instar de la Belgique et de la Hollande.

    - La baisse des coûts portuaires facturés aux navires et aux marchandises. outre la suppression envisagée de la totalité des droits de port sur les conteneurs.

    - Des investissements réguliers pour améliorer l'infrastructure. A ce titre, les responsables soulignent qu'un montant de près de 1,2 milliard de FF a été débloqué en cinq ans, par le port de Dunkerque, l'Etat, les collectivités locales et le privé. Cette enveloppe a été consacrée, entre autres, à l'acquisition de grues de forte capacité et à l'amélioration des moyens de stockage.

    De plus, ont été réalisés un entrepôt frigorifique d'une capacité de 20.000m3, extensible au froid positif ainsi que des terminaux pour l'engrais et le phosphate. Il est prévu de nouveaux terminaux pour les conteneurs, les marchandises diverses, les aciers et les pondéreux.

    Des liaisons régulières

    Avec cette nouvelle politique, le port de Dunkerque entend relever la tête devant ses puissants voisins belges et hollandais en détournant une partie de leur trafic. Dunkerque offre, sur deux sites, des solutions d'accueil pour tous les types de navires et de marchandises.

    En 1993, le trafic est monté à 40,8 millions de tonnes, soit le meilleur niveau atteint après les 41,22 réalisées en 1980.

    Au cours de l'année écoulée, les importations ont porté sur 29,4 millions de tonnes, en baisse de 2,2%, notamment en raison du recul des entrées de charbon. Les entrées ont pour leur part atteint 11,4 millions de tonnes, soit 13% de plus que l'année précédente.

    Les responsables du port soulignent que le trafic est relativement équilibré entre vracs solides (produits sidérurgiques et minerais), vracs liquides (hydrocarbures, huiles, goudron, mélasses de sucre, soude caustique...) et marchandises diverses. Au total, le volume d'hydrocarbures a été de 11 millions de tonnes en 1993. Quant au trafic de vracs solides, il a atteint 10,34 millions de tonnes, soit 10% de plus qu'en 1992.

    Les marchandises diverses se sont pour leur part situées à 10 millions de tonnes et les sorties de produits agricoles à 2 millions. Pour les exportations de produits métallurgiques, le trafic est monté à 1,95 million de tonnes au cours de la même période. Les échanges avec le Maroc sont estimés à 250.000 tonnes de marchandises par an. En partance du port français, sont embarqués plusieurs types de produits dont des bois de menuiserie, de la verrerie, du fil de cuivre, du matériel roulant (autobus et voitures), du matériel agricole, des produits métallurgiques, des produits hydro-gazeux, des matières plastiques et de la pomme de terre.

    Parmi les principaux produits embarqués du Maroc à destination de Dunkerque, figurent les conserves de poisson, les fruits et légumes, du naphta, des phosphates, des minéraux et des produits chimiques. Le trafic est réalisé grâce à des liaisons régulières, directes ou avec escales entre les ports marocains et Dunkerque.

    A.D.N.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc