×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Transmission des images et du son : Le numérique bonifie le rôle du satellite

    Par L'Economiste | Edition N°:227 Le 25/04/1996 | Partager


    Grâce à la technique numérique, le satellite permet aujourd'hui à plusieurs chaînes d'utiliser un même répétiteur. Il élargit ainsi sa place au détriment du réseau hertzien et du câble, mais n'élimine pas la complémentarité. Le point sur les différents modes de transport de la chaîne audiovisuelle.


    Le paysage audiovisuel mondial est en train de vivre un important bouleversement grâce à la compression numérique. Cette technique, qui réunit l'informatique, la télévision et le satellite, permet de réduire considérablement les grandes capacités encore nécessaires pour le transport des éléments constitutifs de l'image et du son, le signal vidéo plus précisément. Elle offre la possibilité de retransmettre un ensemble de programmes de plusieurs chaînes (au moins quatre) sur un seul répétiteur. Le numérique multiplie ainsi les chaînes de télévision et exacerbe la concurrence, notamment en Europe, dans le domaine des bouquets de chaînes. Le Maroc n'est pas encore directement touché par cette fièvre. Cependant, le téléspectateur équipé du matériel adéquat pourrait directement capter quelques bouquets européens via la parabole. En attendant l'introduction de cette technique, la diffusion de l'image et du son sur le territoire se fait par les moyens traditionnels de diffusion (le système analogique), notamment par le biais des réseaux hertziens et du satellite. La télévision par câble, troisième mode de transport, n'est pas utilisée au Maroc. Selon M. Driss Anouar, directeur technique à 2M, "ces trois modes de transmission ne sont pas forcément concurrents, d'autant qu'ils peuvent se compléter dans l'acheminement de la chaîne technique de l'image".

    Les réseaux


    Les réseaux hertziens constituent le premier support de diffusion grâce aux ondes hertziennes, sur bandes VHF (au-delà de 30MHz) ou UHF (au-delà de 300MHz). Cette technique pose cependant un problème. Non réfléchie par les couches atmosphériques, leur portée est réduite par la sphérité de la Terre, les obstacles naturels tels qu'une montagne, ou artificiels tel un immeuble.
    Leur utilisation suppose un investissement supplémentaire en termes d'entretien et de maintenance. Il est en effet nécessaire de mettre en place un réseau d'émetteurs et de réémetteurs pour assurer le transport du signal vidéo.
    Autre problème: la ressource hertzienne est limitée. Ce qui entraîne la réduction du nombre de chaînes télévisées par la planification des programmes et le contrôle de leur utilisation.
    Quant aux satellites, il en existe deux types. Le premier est mis en oeuvre pour les télécommunications. Il est noté qu'une partie seulement de leur capacité est destinée au transport de programmes de télévision. Et pour cause, ils ont été d'abord conçus pour la téléphonie, les télécommunications, la télévision professionnelle et d'autres formes d'échanges tels que les renseignements. Par conséquent, leur réception nécessite des moyens professionnels.
    Deuxième groupe: les satellites de radiodiffusion qui servent à transmettre les programmes audiovisuels. Ils génèrent un coût moindre. Les signaux émis sont en effet directement accessibles par le biais de paraboles, des équipements légers et relativement peu chers.

    Il est souligné que la première génération de satellites de transmission était utilisée comme réflecteurs d'ondes et ne pouvait assurer des liaisons qu'à temps partiel (au moment seulement où elle était en visibilité des stations à relier). elle n'a permis que très tard quelques retransmissions en mondovision. La diffusion directe n'a effectivement commencé à bénéficier réellement des réseaux satellitaires qu'en 1980.
    Le câble a pour sa part été utilisé pour la première fois aux Etats-Unis au lendemain de le Seconde Guerre mondiale pour raccorder les campagnes. Du point de vue technique, un réseau câblé est formé d'une station de réception, d'un centre de programmation, d'une régie d'exploitation, d'un réseau de transport destiné à raccorder la zone choisie et d'un réseau de distribution servant à assurer le transport du signal jusqu'au domicile des usagers. Il est particulièrement utilisé pour certaines chaînes à péage.
    Le câble a constitué une solution adaptée à la rareté des fréquences hertziennes. Par ailleurs, il assure une grande fiabilité et une qualité de réception jugée très satisfaisante. Il peut permettre, en outre, et sous certaines conditions, le développement des programmes interactifs. Importante contrainte cependant: les investissements sont très lourds.

    Alié Dior NDOUR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc