Société

TPS: Préparez-vous au choc!

Par L'Economiste | Edition N°:2166 Le 07/12/2005 | Partager

. Le bouquet favori des Marocains se protège contre les pirates. Multivision n’est plus capté depuis quelques semaines déjà. Les droits de diffusion: Un imbroglio plein de contradictions LE bouquet TPS nous réserve-t-il une surprise pour les fêtes de fin d’année? Souvenez-vous, l’année dernière, les fameuses chaînes du bouquet avaient disparu juste avant la période des fêtes, laissant aux abois le fidèle fraudeur qu’est majoritairement le téléspectateur marocain. Pour cette année, les rumeurs vont bon train sur une éventuelle disparition de ce bouquet de nos télés. D’autant plus que cela fait un petit moment que les chaînes à péage, Multivision, ne sont plus captées, au grand dam des téléspectateurs et surtout les couche-tard. Abdelghani, un petit génie du piratage de Derb Ghellef, confirme non pas l’information mais la rumeur! «Nous avons entendu dire que les TPS disparaîtront dans les jours qui viennent. Mais personne ne peut en être sûr. L’année dernière, ces chaînes n’étaient plus captées vers la fin décembre et nous avons eu du mal à casser le code», souligne-t-il. Concernant Multivision, Abdelghani explique qu’elles ne sont plus captées depuis quelques jours déjà: «Les clients affluent sur Derb Ghellef pour chercher le code des Multivision, mais aucun technicien n’a pu encore le trouver». Et d’ajouter: «Il est vrai que certains arrivent à décoder ces chaînes mais pas pour longtemps. Le code craqué dans la matinée, change au cours de l’après-midi». En clair, les Multivision ont implémenté un code dynamique pour enrayer les attaques des pirates du Maghreb. Une solution qui rappelle largement celle adoptée par CanalSatellite et devant laquelle, les pirates nationaux se trouvent à ce jour désarmés. Contactée par L’Economiste, une responsable des relations presse du bouquet TPS a indiqué que des actions de changement de paramètres des codes sont régulièrement entreprises. «Ces actions visent à contrer le piratage en France. Du moment que le bouquet ne diffuse pas officiellement au Maroc, il n’y a aucun manque à gagner si nos chaînes sont piratées au Royaume», souligne cette responsable. Le réseau TPS a initié en 2004 une nouvelle étape dans la lutte contre le piratage audiovisuel. En effet, le groupe est passé au «viaccess 2» et à un cryptage mutant, communément appelé «TPS Crypt», qui trouble les cartes piratées. Ce système modifie le Viaccess notamment grâce aux ressources du moteur d’interactivité «Open Tv». L’union Open Tv/Viaccess permet ainsi de transformer les caractéristiques du cryptage en temps réel et de rendre les cartes pirates inopérantes. L’idée de cette contre-offensive, lancée par TPS à l’encontre des pirates, trouve son origine dans un postulat de base énergiquement défendu par les responsables du deuxième bouquet français: le piratage passe par les terminaux libres. Les terminaux propriétaires sont, eux, mieux protégés et permettent de gérer les conditions d’accès aux boîtes par téléchargement. C’est ainsi que l’idée de séparer les deux parcs de terminaux a germé dans l’esprit des techniciens de TPS, sachant que le gros du parc français (90%) est constitué des terminaux propriétaires. De plus, en utilisant deux systèmes de cryptage, un pour les terminaux propriétaires et un autre pour les terminaux libres, il est plus facile d’éviter de changer toutes les cartes, ce qui constitue une grosse économie.


Choix unique

LÉGALEMENT, les bouquets de télévision français privés ne sont pas distribués au Maroc. TPS négocie, en effet, les droits audiovisuels uniquement pour son territoire national. De plus, une installation au Royaume nécessiterait une autorisation du gouvernement marocain. Ce qui sera très délicat au regard des programmes «nocturnes» diffusés par certaines de ces chaînes… Autre problème: le piratage qui sévit sur le marché marocain. Les responsables de TPS ont à maintes reprises exprimé leur désintérêt pour le marché marocain, notamment en raison du fort taux de piratage, mais aussi et surtout pour le faible niveau de vie qui ne retient pas l’attention des grands annonceurs. Une attitude qui ne laisse qu’un seul choix au téléspectateur marocain: Pirater… au grand dam des télévisions locales.Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc