×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme: La loi sur Marchica promulguée

    Par L'Economiste | Edition N°:3342 Le 17/08/2010 | Partager

    . Elle prévoit un plan d’aménagement spécial pour le site. Une agence dédiée à la réalisation du projet Après son adoption en juin dernier, la loi sur l’aménagement et le développement du site de la lagune Marchica (région de Nador) vient d’être promulguée. Le texte annonce un plan d’aménagement spécial et une mise en valeur qui doivent tenir compte de tout l’écosystème du site. D’ailleurs, une grande station d’épuration des eaux usées a été construite au niveau de la ville de Nador. Elle devra contribuer à préserver le site des déchets. Ce plan d’aménagement devra être établi par l’agence créée spécialement pour le site de la lagune de Marchica. Selon la loi, ce plan prévaut sur tous les autres plans sectoriels. De ce fait, tout projet de construction sur la zone ne peut être autorisé que s’il est conforme aux orientations du site. Sur ce point précis, la loi est claire, l’écosystème de la lagune doit être préservé.Le programme de développement de la lagune de Marchica (25 km de long et d’une superficie de 4.000 ha ) ambitionne d’aménager une grande station balnéaire. Un site composé de 7 zones avec des hôtels, des complexes résidentiels, des infrastructures de sport et de loisirs ainsi que des espaces pour des activités économiques et sociales. Montant de l’investissement: 46 milliards de DH. A lui seul, le résidentiel absorbera 13,6 milliards de DH et les hôtels 3,3 milliards. Quant aux équipements et services, ils nécessiteront 3,1 milliards, l’infrastructure 8,3 milliards (le chantier a été entamé depuis 2008) et 17,6 milliards seront induits par le développement. Le premier projet concerne la construction d’un Resort de standing international (Cité d’Atalayoun). La conception de la cité prend en compte l’aspect écologique du site. Pour l’énergie, la cité va recourir aux énergies renouvelables (éolien et solaire). Selon les initiateurs du projet, «le recyclage des eaux usées en eau d’arrosage a été érigé en principe et la réutilisation de la roche locale a permis de minimiser les apports externes». Cette cité, qui sera construite sur une superficie de 45,2 ha, comprendra 2.230 appartements, 650 villas et un hôtel de 370 chambres. A cela s’ajoute une académie de golf, deux ports de plaisance, des boutiques… Les travaux ont déjà démarré en 2009 et devront s’achever en 2014. Le deuxième projet est celui de la Cité des mers avec une superficie de 15 ha le long de la lagune. Ce site sera composé de 193 appartements, hôtels et villas (320 villas). Deux marinas viendront s’ajouter au décor. La fin des travaux de ce chantier est prévue pour 2014.Pour la nouvelle ville de Nador, qui sera édifiée sur 76,3 ha, elle prendra la forme de village-marina d’une capacité de 32.000 lits. Les travaux de construction démarreront en 2012 pour s’achever en 2020. Le projet comprend aussi l’aménagement et la construction d’un village de pêcheurs (entre 2014 et 2018). Les logements de ce village (6.000 lits) seront tournés vers la mer. Les initiateurs du programme s’attaqueront entre 2015 et 2020 à l’aménagement de la Baie des flamands (77 ha). Ce site comprendra des installations et équipements pour le tourisme lacustre, la navigation de plaisance et le golf. Par ailleurs, il est prévu en 2017 de construire un site de 14 ha dédié aux activités sportives (Marchica sport).Autour du parc naturel de la lagune, seront aménagés les vergers de Marchica sur une superficie de 14 ha. Ces espaces comprendront des mobiles-home et des villas-fermettes. Le chantier devra démarrer en 2019. Les travaux de ce site prendront fin 2025Ce mégaprojet devra booster l’économie de la région en y créant notamment des opportunités d’emploi. Selon les prévisions des initiateurs du programme, le projet devra créer 15.000 emplois dont plus de 10.000 indirects, au cours de sa réalisation. Une fois mis sur pied, le programme permettra la création de 65.000 emplois dont 30.000 directs.


    Gestion du projet

    Pour la gestion de ce projet, la société anonyme à capitaux publics (Marchica Med) a été créée par un décret du 5 mars 2008. Son capital, qui est de 500 millions de DH, est réparti à parts égales entre le Fonds Hassan II et l’Etat.Cependant, pour chaque projet (au nombre de 7) prévu dans le programme, une filiale sera créée. Le capital de ces filiales devra mixer entre le public et le privé.Pour l’aménagement du site de la lagune Marchica, une agence a été créée par la loi. Cette agence devra veiller au respect de la loi sur la mise en valeur du site. Elle a aussi pour mission d’élaborer les études, les plans généraux économiques et financiers relatifs à la zone. Elle doit également contribuer à la recherche et à la mobilisation des financements nécessaires pour la réalisation du programme. J.B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc