×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Tanjazz, onze ans déjà …

    Par L'Economiste | Edition N°:3348 Le 26/08/2010 | Partager

    . Un programme riche, avec de grands noms . Les enfants auront leur après-midi jazz gratuitement LA onzième édition du Tanjazz est prévue du 22 au 26 septembre et les dates des quatre prochaines éditions sont déjà fixées. Elles auront toutes lieu en septembre au lieu de mai comme c’était le cas auparavant. «On évitera les collisions de dates, on sera l’évènement de la rentrée et on ajoutera des statistiques météo meilleures qu’à fin mai», a souligné Philippe Lorin à l’occasion d’un f’tour presse mardi dernier à Casablanca. Il y aura deux scène gratuites: la scène Renault implantée au sein du port et la scène Veolia dressée comme à l’accoutumée Place des Nations, et deux scènes payantes: la scène BMCI et le Palais Moulay Hafid des Institutions italiennes. Les tarifs sont fixés entre 100 et 200 DH avec des forfaits à 1.000 DH, donnant accès à tous les concerts payants. Pour ce qui est du menu, la scène Renault accueillera dès le premier soir la tête d’affiche Ruben paz, puis de nombreux autres artistes dont deux représentants de la nouvelle scène marocaine : respectivement Barry et Mazagan les vendredi 24 et samedi 25 à 21 heures. Après une édition 2009 vouée au culte des divas, la onzième édition sera très éclectique avec le rauque et robuste blues féminin de Nina Van Horn, le pianiste Jean-Pierre Como, la captivante Kicca, le groupe belgo congolais Afro Yambi Jazz, la saxophoniste suédoise Sofi hellborg, le virtuose Manuel Camp Quarter, ainsi que l’orchestre parisien du célèbre Duc des Lombards. Sur cette base multiconfessionnelle émergent deux temps forts à nette dominante latine : le puissant Monty Alexander, qui met depuis plus d’un demi-siècle le feu à ses claviers, aux côtés des plus grands noms de la scène jazzique et contribue à mêler la musique afro-américaine aux influences caraïbes de sa Jamaïque natale. Dans une version néolatino, le cubain Ruben Paz entrelacera savamment afro latin Jazz et world music. De nombreux autres talents se révèleront comme toujours aux plus curieux dans tous les coins et recoins de la ville : cours de danse be bop, rock et boogie au Rif&Spa et au Andalucia Golf. Dernière innovation que nous proposent les organisateurs, «Le Tanjazz des enfants», qui habituellement privés de concerts, se verront offrir un après-midi musical gratuit.Outre Renault, sponsor officiel de cette édition, de nombreux autres sponsors se sont joints à l’évènement, dont la Fondation BMCI et Veolia Environnement. Parmi les partenaires institutionnels, figurent le ministère de la Culture d’Espagne, l’Institut culturel de l’ambassade d’Italie, le gouvernement Wallonie Bruxelles, l’Office national marocain du tourisme et l’Agence pour le Développement du Nord, entre autres. Le budget du festival se situe aux alentours de 4 millions de DH.Nadia BELKHAYAT

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc