×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tanger: Rush sur l’aéroport Ibn Battouta

    Par L'Economiste | Edition N°:3346 Le 24/08/2010 | Partager

    . Les MRE, principaux clients. Des retards aux départs et aux arrivées Les deux premières semaines d’août ont été vécues intensément à l’Aéroport Ibn Battouta de Tanger. Ce dernier assure actuellement une vingtaine de liaisons aériennes avec diverses capitales européennes. L’avion est aujourd’hui un moyen de transport de plus en plus utilisé par les MRE originaires ou installés dans la région de Tanger. La plateforme aérienne tangéroise, récemment modernisée avec la construction d’un nouveau terminal inauguré en 2007, réussit à contenir sans trop de difficultés les pics enregistrés lors de cet été avec près d’un millier de voyageurs par jour. L’aéroport Ibn Batouta peut assurer le transit de plus d’un million et demi de passagers par an. A ce flux, il faudrait ajouter celui engendré par les voyageurs d’été habituels et celui de la Omra et des opérations de Pèlerinage pour voir le réseau de liaisons rapidement saturé. La demande est telle qu’il était pratiquement impossible d’obtenir un billet pour la période allant du 2 au 10 août, la plupart des voyageurs, des MRE désirant partir avant le début du Ramadan. Un autre groupe, de plus en plus important est formé de MRE désirant au contraire, passer ce mois à Tanger et région. La baisse des prix des billets n’est pas étrangère à ce phénomène, comme l’explique un agent de voyage qui assure que dès la mi-août, les choses se calmeront pour reprendre quelques jours avant la fin du mois sacré. Le même phénomène, mais à l’arrivée, s’était produit à Tanger début juillet. Des avions pleins arrivaient tant bien que mal à satisfaire la demande des MRE désirant se rendre à Tanger à partir des différentes capitales européennes.A noter que les heures d’arrivée et de départ ne sont pas toujours bien respectées. Selon un opérateur, il s’agit de problèmes liés aux plateformes aéroportuaires européennes qui sont saturées en été et qui se répercutent sur les horaires au Maroc. Les retards à l’arrivée avaient atteint plus de six heures pour un simple Amsterdam-Tanger. De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc