×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Sur un marché en surcapacité : Le cours de l'acier décline

    Par L'Economiste | Edition N°:242 Le 08/08/1996 | Partager


    Le marché de l'acier n'a pas de beaux jours devant lui. Il connaît une surproduction et une faible consommation, constate le rapport de la Commission Economique pour l'Europe des Nations Unies. En Europe, indique un trader, "le manque de dynamisme des économies continentales se traduit par un engorgement des produits plats dans les entrepôts". Devant cette situation, les exportations ne prennent plus le relais et les prix déclinent. L'ajustement amorcé à la fin de l'hiver se poursuit désormais au rythme d'une baisse moyenne des cours de l'ordre de 1,5% à 2% par mois, selon La Tribune Desfossés du 3 août. Les experts de la Commission européenne constatent que la crise du marché de l'acier est due à une demande de qualité inégale et aux déséquilibres de l'offre. La baisse des prix a aussi rendu l'acier des pays de la CEI moins attractif. Par ailleurs, grâce aux nouvelles technologies dans la production d'acier, de nouvelles unités de production se sont développées. Ainsi les Etats-Unis, grand importateur d'acier européen, installent 13 millions de tonnes de nouvelles capacités de production d'ici 1997. En Asie, près de 39 millions de tonnes d'acier entreront en activité dès 1995. Résultat: les excédents européens trouveront de moins en moins preneur en Asie et aux Etats-Unis. Les producteurs européens et japonais d'acier cherchent un exutoire à leurs productions en Chine. Mais le rythme annuel de croissance des demandes d'acier dans ce pays est très variable d'une année à l'autre. Par ailleurs, avec le tassement de l'activité en Chine, la production d'acier redevient surcapacitaire, et le pays pourrait déverser ses excédents sur un marché mondial déjà encombré.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc