×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Standard and Poor's abaisse la note de Paribas

    Par L'Economiste | Edition N°:227 Le 25/04/1996 | Partager


    Après Moody's, c'est au tour de Standard and Poor's de dégrader les notes du groupe Paribas, qui a ouvert en janvier un bureau de représentation à Casablanca. Une seule entité est épargnée: la Compagnie Bancaire détenue à 47% par la Compagnie Financière de Paribas.
    L'agence de notation américaine a ainsi abaissé les notes de la Compagnie Financière de Paribas, de la Banque Paribas, du Crédit du Nord et de leurs filiales, avec une perspective stable, précise Les Echos. Moody's avait réduit la note du groupe avec une perspective négative.
    Standard & Poor's a également revu à la baisse les notes court et long termes de la Compagnie de Navigation Mixte et de Via Banque qui font désormais partie du périmètre du groupe.
    "Ces dégradations successives affaiblissent le groupe au moment où sa puissance de feu apparaît de plus en plus insuffisante par rapport à la compétition internationale", commente Les Echos.
    Standard and Poor's reconnaît toutefois que des progrès ont été réalisés, notamment dans le contrôle des risques, et que le portefeuille des participations industrielles renferme des
    plus-values latentes même s'il génère des coûts de portage élevés.

    En dégradant la note de Paribas, l'agence américaine met au grand jour ses doutes sur la capacité du groupe à redresser durablement ses résultats, rapporte le quotidien français.
    En 1995, Paribas a accusé une perte consolidée part du groupe d'environ 4 milliards de Francs (1FF=1,71DH), après un bénéfice de 1,715 milliard en 1994. Cette perte est largement liée à des provisions non récurrentes d'un montant de 5,2 milliards. Le groupe à dû provisionner trois éléments particuliers: la réduction de la valeur de la Compagnie de Navigation Mixte qui a induit une charge de 2,127 milliards de Francs, la limitation des activités de la Cogedim à la promotion de logements (environ 1,9 milliard) et la liquidation des actifs repris au Crédit du Nord (près de 1,19 milliards). En outre, la Compagnie Financière de Paribas a constitué dans ses propres comptes une provision de 300 millions de Francs pour couvrir le risque de délai pour l'immobilisation des immeubles de bureaux qui ne seront achevés que dans quelques mois et les éventuels coûts de restructuration consécutifs à ces recentrages, explique le groupe.
    Hors ces éléments particuliers, le résultat net consolidé des activités courantes de Paribas s'élève à 2,97 milliards de FF, dont 1,5 milliard en part du groupe.


    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc