×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    SISTEP'96 : Le salon se professionnalise

    Par L'Economiste | Edition N°:248 Le 03/10/1996 | Partager


    Le SISTEP'96 aura attiré quelque 6.800 visiteurs et participants. Satisfaction générale en dépit de quelques fausses notes. Pour les prochaines éditions, les organisateurs auront à résoudre, entre autres, les problèmes de douane et réaménager les horaires d'ouverture.


    La deuxième édition du SISTEP s'est clôturée samedi 28 septembre dans une grande effervescence après un démarrage plutôt timide.
    Ce sont quelque 6.800 visiteurs et partenaires professionnels qui ont répondu à l'appel.
    Selon la Bourse Nationale de Sous-Traitance et de Partenariat (BNSTP), un nombre important d'affaires auront été traitées entre les exposants eux-mêmes.
    Cinq projets de partenariat ont été conclus entre la chambre de Commerce et d'Industrie de Mohammédia et les quatre régions françaises (Nord-Pas de Calais, Lyon, Marseille et Tours). Ils concernent l'ingénierie, l'instrumentation, la maintenance, la mécanique de précision et l'engineering. Ces projets généreront 133 emplois dans la région de Mohammédia.
    Pour leur part, les Portugais ont initié quatre affaires qui devraient rapidement se concrétiser.
    Une nette satisfaction se dégage chez les participants au Carrefour des donneurs d'ordre tant au niveau de l'organisation des rendez-vous que du choix des contacts. L'espace a regroupé 18 donneurs d'ordre dont 6 étrangers qui ont rencontré 116 sous-traitants. Au total, 351 rendez-vous donneurs d'ordre/sous-traitants ont été programmés par l'équipe de la BNSTP.
    L'Espace Partenariat a également bien fonctionné avec 175 participants dont 108 entreprises marocaines et 67 étrangères ayant totalisé 440 contacts.

    Coupures d'électricité


    Côté exposants, les avis sont plutôt mitigés même si tous s'accordent à reconnaître la qualité des visiteurs. "Nous avons eu en face de nous des professionnels qui, pour la plupart, connaissaient déjà le produit", explique M. Marcel Berchet, directeur auprès de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Lyon. Les quarante entreprises de la région ont établi dans l'ensemble des contacts satisfaisants avec de fortes chances de réalisation.
    "Mais l'augmentation du nombre d'exposants a suscité quelques problèmes d'organisation, notamment le retard dans l'aménagement des stands, des confusions dans la distribution des espaces, des coupures d'électricité suivies d'annulation de conférences", indiquent plusieurs participants. Le nombre d'exposants a en effet progressé par rapport au SISTEP'94 avec 347 contre 300 entreprises deux ans plus tôt. La participation marocaine s'est renforcée, passant de 140 à 167 exposants.
    D'autres exposants étrangers ont souffert du blocage de leurs marchandises à la Douane pendant deux jours. "Le personnel de la Douane n'est manifestement pas informé du régime particulier auquel est soumis le matériel destiné à l'exposition et ces défaillances portent préjudice à l'image de marque du pays", s'indigne un exposant. Les procédures douanières ont été avancées comme un obstacle sérieux à la consolidation des échanges. Un autre chef d'entreprise français a été prié de s'acquitter des 80% des droits de douane sur les dépliants et documents destinés aux prospects.
    Par ailleurs, la participation active de l'OCP a été bien perçue par les participants, car elle contribue à crédibiliser le salon et témoigne du changement des mentalités chez les grands donneurs d'ordre.

    Créer un prix de l'innovation


    Cependant, plusieurs aménagements ont été suggérés par les exposants en vue d'améliorer les conditions de la prochaine édition.
    Il s'agit en premier lieu de la révision des horaires d'ouverture du SISTEP. "Nous avons proposé que le salon soit ouvert plus tôt dans l'après-midi, de 14 à 19h30, à l'instar de ce qui se fait à l'étranger", indique un membre de la Chambre de Commerce de la région de l'Aquitaine. Cela permet à la fois aux exposants de visiter les prospects sur le lieu de production et d'avoir une animation plus grande dans les stands peu fréquentés pendant les matinées. "De plus, les exposants pourront plus facilement se libérer pour participer aux conférences organisées en marge du salon".
    En deuxième lieu, les participants ont proposé de mieux faire connaître le SISTEP à travers la création d'un prix d'innovation sur la base d'une compétition "saine" entre exposants.
    Enfin, pour conserver son appellation de salon international, les organisateurs sont appelés à développer davantage la participation des pays étrangers. La présence de quatre sociétés et de deux bourses de sous-traitance algériennes va d'ailleurs dans ce sens. "Nous avons établi 60% de nos contacts avec les sociétés marocaines dans les secteurs de la mécanique, de l'électrique et de l'injection aluminium et près d'une dizaine de prospects sont jugés sérieux", explique le directeur de la Bourse de Sous-Traitance d'Alger. Les hommes d'affaires algériens se sont dits satisfaits de l'organisation ainsi que de la prise en charge par les organisateurs depuis Alger.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc