×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Samir/Sociétés pétrolières: Mise en délibéré de l'affaire aujourd'hui

    Par L'Economiste | Edition N°:923 Le 25/12/2000 | Partager

    . Les réunions techniques se multiplient. Le gouvernement tarde à trancher sur les modalités de remboursement des arriérés dus aux compagnies pétrolièresLes sociétés pétrolières sont obligées de prendre leur mal en patience. La Samir ne s'est pas désistée. Elle poursuit son action en justice à leur encontre pour défaut de paiement. D'ailleurs, le Tribunal de commerce de Casablanca a décidé la mise en délibéré de l'affaire dès ce lundi 25 décembre. A l'origine de ce conflit, les retards enregistrés par la Caisse de Compensation dans le remboursement des sociétés. Celles-ci ont à leur tour opéré des retenues sur les factures de La Samir. Ce qui a valu une assignation en justice de certaines compagnies pétrolières. . Pas question de différer le paiement de la TICPour l'heure, les réunions sur cette affaire se poursuivent. La dernière date du vendredi 21 décembre au Département de l'Energie. Lors de cette réunion technique, les représentants du Ministère des Finances, du Département de l'Energie et le GPM (Groupement des Pétroliers du Maroc) se sont encore une fois penchés sur les modalités de paiement des arriérés de l'Etat vis-à-vis des sociétés pétrolières. Jusque-là aucune décision concrète n'a été prise. «Des concertations entre les distributeurs et le gouvernement ont bel et bien eu lieu. Nous avons essayé d'identifier les mesures qui pourraient résoudre les problèmes de trésorerie immédiate des sociétés pétrolières«, souligne M. Dumas-Lairolle, administrateur-directeur général du groupe Total et vice-président du Groupement des Pétroliers du Maroc (GPM). Et de poursuivre que «jusqu'à présent nous n'avons reçu aucun engagement écrit de la part du gouvernement qui pourrait trancher sur les mesures à appliquer«. Pour l'heure, différentes modalités de remboursement sont envisagées. Celles-ci doivent permettre le décaissement de 1,2 milliard de DH sur les 2,8 milliards d'arriérés de paiement de l'Etat vis-à-vis des sociétés pétrolières. Ainsi, en attendant l'entrée en vigueur de la Loi de Finances 2001 qui consacre 3 milliards de DH à la subvention des produits pétroliers, la Caisse de Compensation pourrait s'acquitter de ses dettes directement auprès des compagnies pétrolières. Parmi les moyens de paiement des arriérés de l'Etat figure la possibilité de différer le paiement de la TIC (Taxe Intérieure de Consommation) de 15 jours. Mais cette option a été refusé par le gouvernement. Par ailleurs, la réduction temporaire des stocks de sécurité de 5 jours ne fait pas l'unanimité des départements ministériels. L'autre option selon laquelle le gouvernement pourrait consentir la conversion d'une partie de ces dettes en Bons du Trésor semble être écartée pour l'instant. K. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc