×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Salon des fruits et légumes
    Gros appétit des opérateurs étrangers

    Par L'Economiste | Edition N°:2419 Le 11/12/2006 | Partager

    . Espagnols en force et opportunités d’investissement. Signature d’une convention entre le Crédit agricole et l’Apefel  Le Salon international des fruits et légumes (Sifel) du Maroc est désormais un rendez-vous incontournable dans l’agenda des professionnels marocains et étrangers du secteur. Ce sont pas moins de 350 exposants, contre 302 l’an dernier, qui ont participé à l’événement organisé à Agadir en fin de semaine dernière. La rencontre gagne, d’année en année, des galons, et les entreprises sont encore plus nombreuses à prendre part à cette grand-messe. Pour cette quatrième édition, outre le nombre plus important d’enseignes représentées, le salon est aussi plus grand en termes de superficie. Celle-ci a atteint 17.000 m2 contre 13.000 m2 en 2005. «Le Sifel Maroc est aujourd’hui plus vaste que le Sifel France en terme de superficie intérieure», souligne à ce propos Samir Tazi, de l’Association des producteurs exportateurs de fruits et légumes (Apefel). Une présence plus importante des opérateurs étrangers est une autre particularité de la manifestation. Selon Tazi, plus de 49 % des exposants sont étrangers. Les Espagnols étaient d’ailleurs en force à travers leur propre pavillon. L’intérêt des industriels étrangers pour la manifestation n’est pas fortuit. Outre l’objectif de rapprocher le producteur marocain de potentiels clients en provenance d’autres pays, c’est également l’occasion pour les représentants de diverses enseignes européennes de prospecter le marché marocain. «Beaucoup d’investissements ont commencé à la suite de ce salon», indique un opérateur. De fait, le développement de la filière à l’international depuis plusieurs années est pour beaucoup dans la réussite sur le marché extérieur. Les fruits et légumes marocains, malgré une forte concurrence, sont un label de qualité sur les marché étrangers même s’ils connaissent parfois des difficultés, souvent en raison de facteurs exogènes. C’est le cas de la tomate, qui connaît un ralentissement depuis le début de la campagne d’exportation, mais tout n’est pas joué, puisque les expéditions se poursuivront jusqu’en été. En attendant, la convention, conclue entre le Crédit agricole du Maroc et l’Apefel à l’occasion du Sifel Maroc 2006 permettra probablement à nombre de producteurs d’éviter l’essoufflement. Selon Taqui-Eddine Cherradi, membre de l’Apefel, la convention offre de nombreux avantages, notamment la révision des taux d’intérêts et le rachat des crédits des agriculteurs en difficulté. De notre correspondante, Malika ALAMI   

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc