×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Safi: Un centre pour la restructuration des petits commerces

    Par L'Economiste | Edition N°:2177 Le 22/12/2005 | Partager

    . Les très petites entreprises réfractaires à la transparence . Conséquences: Une activité désorganisée et des révisions fiscales lourdes . Assainir et améliorer la gestion tels sont les objectifs du centre créé par la CCIS LE Centre de gestion de comptabilité agréé (CECOGEC) est un projet qui draine vers la comptabilité et la transparence. La structure, initiée par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’Economie, est créée par la Chambre de commerce, d’industrie et des services (CCIS) de Safi. Sa mission est d’accompagner la très petite entreprise (TPE), de l’aider à se développer et adopter les meilleurs pratiques de gestion. «Son intégration dans le circuit formel est aussi une priorité», souligne Mohammed Azouaou, directeur de la CCIS. La démarche répond également au souhait des membres de la Chambre, notamment les petits commerçants, industriels et prestataires de services. Et notamment ceux qui n’ont pas toujours les moyens de s’offrir les services d’une fiduciaire ou d’un expert-comptable, est-il précisé. Le Cecogec est géré par une société à responsabilité limitée (SARL) constituée exclusivement par la CCIS de Safi. Il est dirigé par un comptable agréé depuis décembre dernier. Actuellement, des opérateurs exerçant différentes activités bénéficient des services du centre, essentiellement des pharmaciens, des semi-grossistes, des marchands d’articles de décoration, des artistes, des artisans et divers corps de «petits métiers». D’une manière générale, ce sont de très petites entreprises. Au niveau de la province de Safi, le secteur du commerce, avec ses 14.000 points de vente, joue un rôle important car il emploie 24% de la population active. Non structuré, ce dernier «se noie» dans l’informel. Car, par méfiance, ces petites affaires optent pour l’opacité en matière d’organisation et de déclaration sur les revenus. Au moment des contrôles, les révisions fiscales forfaitaires peuvent peser lourdement. Alors qu’en passer par le centre de comptabilité agréé, elles ont la possibilité de bénéficier d’un abattement de 15% sur la base imposable en faveur des commerçants soumis à l’impôt général sur le revenu «IGR». «La structure offre l’assurance de crédibilité et de rigueur», affirment les responsables. De fait, sa mission est de tenir la comptabilité des adhérents, d’établir les déclarations fiscales et de certifier la sincérité de leurs documents comptables. Et généralement d’assurer toute mission d’assistance, d’information, de formation et de vulgarisation des méthodes modernes de gestion.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc