×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Résultats BRPM en 1995 : Les revenus de portefeuille progressent de 25%

    Par L'Economiste | Edition N°:242 Le 08/08/1996 | Partager


    Le Bureau de Recherches et de Participations Minières (BRPM) enregistre un revenu de portefeuille record. Les investissements en recherche lui ont permis la découverte de nouveaux gisements. L'association à de nouveaux partenaires étrangers continue.

    C'est dans un contexte économique mondial moins dynamique que celui de 1994 que le BRPM a enregistré un revenu de portefeuille de 92,6 MDH. L'exercice 1995 a connu une hausse de 24,8% contre 84,1 % pour 1994, année au cours de laquelle les recettes avaient atteint 74,19 MDH au lieu de 40,3 millions en 1993.

    Pour l'exercice 1995, le chiffre d'affaires global des principales filiales et sociétés à participation BRPM s'est élevé à 2,3 milliards de DH. La production marchande de ces compagnies, tout minerais confondus, a totalisé 1,71 million de tonnes et la vente 1,72 million.

    Quant au chiffre d'affaires et au compte de produits et charges (CPC) au titre de l'exercice 1995 (ils étaient de 176,8 MDH et 75,6 MDH respectivement en 1994), le BRPM ne les a pas divulgués. Pas de bilan financier non plus. Le directeur général, M. Assou Lhatoute, qualifie lui-même le rapport de "volontairement succinct"". Le volume du rapport, réduit de moitié par rapport à l'année précédente, le confirme.

    Assainissement


    L'année 1995 s'est caractérisée par un ralentissement de l'activité minière dû à une consommation mondiale plus faible par rapport à l'année précédente, qui a connu une hausse substantielle des cours des métaux. Les cours de l'argent ont en revanche subi une légère baisse. Néanmoins, l'amélioration des cours des métaux non-ferreux s'est reflétée favorablement sur les chiffres d'affaires des sociétés concernées par ces matières minières, telle la CMG.

    En ce qui concerne les forages et travaux miniers, le volume des sondages du BRPM a baissé de 18% par rapport à celui de l'année 1994: le métrage foré atteint donc 30.295 m contre 36.895 en 1994. Quant au volume des travaux exécutés pour le compte du BRPM, il a diminué de 10%, essentiellement en raison de l'arrêt d'activité de la campagne de sondages à Youssoufia effectuée pour le compte de l'OCP, et de la baisse du métrage de sondages effectué pour la SMI.

    Les travaux concernant les puits, cheminées et galeries ont en revanche affiché une légère augmentation: 7.433m contre 7.332 en 1994. En fait, 30% de progrès ont été réalisés pour les puits et cheminées, tandis que le volume des galeries rétrécissait de 9%.

    Cette hausse des travaux, bien qu'inégale, a toutefois permis d'améliorer les rendements et le prix de revient des différents chantiers, fait qui n'est pas étranger à l'effort de réorganisation des équipes, affirme le rapport.

    L'entreprise d'Etat poursuit sa politique de restructuration-assainissement amorcée dès 1993. "L'assainissement des finances, l'apurement à l'amiable des dettes des sociétés, la cession de l'actif des compagnies en liquidation en vue d'honorer leurs échéances" ont contribué à attirer des opérateurs nationaux et étrangers. La promotion de projets dans le domaine des roches et minéraux industriels, des métaux précieux et de base est toujours de vigueur. Des appels d'offres nationaux et internationaux ont également été lancés afin d'intéresser les investisseurs privés à leur développement. L'or, le bentonite, les argiles et la magnésite sont les métaux qui ont déjà fait l'objet d'appels d'offres. Quant à l'argent, les sables silicieux, la calcite, la perlite, l'andalousite et l'étain, les projets s'y rapportant sont en cours de préparation. Les projets menés en coopération avec des partenaires étrangers concernent le zircon, les argiles et les amas sulfurés polymétalliques.

    La priorité accordée à la recherche minière a été concluante, les gisements d'Achmmach (étain), Tafrent (or) et Bou Issafen (zircon) ayant été découverts et développés. A travers des Conseils d'administration et comités,"le BRPM gère les initiatives de recherche en s'appuyant sur une équipe maîtrisant les différents domaines des sciences de la terre: géologie, télédétection, géophysique, géochimie, sondages et travaux miniers. Ce personnel fonde son expertise sur des laboratoires modernes utilisant des méthodes de pointe", indique le rapport.

    La découverte et le développement de nombreux gisements (site aurigène d'Iourirn, gîte d'or de Tafrent, d'argent d'Igoudrane, d'étain d'Achmmach, de zircon de Bou Issafen, de Tidiennit, de bentonite de Nador et le massif de Guemmassa) sont aussi les fruits des efforts de recherche et d'exploration minières ciblés. Le BRPM fouille les zones "métallogéniquement prometteuses", les terrains les plus anciens et les boutonnières de l'Anti-Atlas, lieux les plus riches en ressources minérales. Parallèlement, le Bureau établit des conventions de recherche avec des entreprises dont la Finlandaise Outokumpu et les Espagnoles Aminsa et Tolsa, afin de partager connaissance et risque.

    Y. E. J.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc