×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Régional Air Lines étend son rayon d'action

    Par L'Economiste | Edition N°:297 Le 25/09/1997 | Partager

    Les petits avions de Régional Air Lines se sont maintenant bien intégrés au décor des aéroports locaux. La nouvelle compagnie poursuit son maillage inter-régional et s'apprête à desservir Malaga.


    Et de six. Après Marrakech, Agadir, Tétouan, Tanger et Fès, dont la desserte est assurée depuis le jeudi 18 septembre, Régional Air Lines vient d'ouvrir la ligne Casablanca-Oujda. Le vol inaugural a été effectué mardi 23 courant. Comme pour les premières étapes, l'un des quatre Beech 1900D de la nouvelle compagnie a été accueilli par les autorités locales, les dirigeants des entreprises publiques et privées ainsi que les professionnels du tourisme. Régional Air Lines devra prochainement relier Casablanca à Ouarzazate et Laâyoune et survolera le Détroit pour Malaga avant la fin de l'année.
    Opérationnelle depuis un peu plus de deux mois, la compagnie est en train de prendre sûrement son envol. A en croire M. Mohamed Mehdi Alaoui, le président délégué, «l'évolution du trafic est très satisfaisante». Le nombre de passagers transportés dépasse 5.000. De plus, «le taux de retour est au-dessus de 80%», renchérit M. Karim Baïna, directeur commercial.

    Le concept semble être bien accepté. Pour autant, la réalisation de l'objectif de Régional Air Lines, «inciter le voyageur d'affaires et de loisir à préférer l'avion pour ses déplacements régionaux» , n'est pas une mince affaire. Une des critiques avancées par des utilisateurs potentiels, notamment les adeptes des virées de fin de semaine dans les villes du Sud, plus particulièrement Marrakech: «les surcoûts engendrés par l'éloignement des aéroports du centre-ville et la gêne de ne pouvoir disposer de sa voiture pendant le séjour» . Ceci vaut pour le transport aérien en général. Les arguments commerciaux développés par les responsables de la compagnie peuvent toutefois permettre de gagner la confiance des plus sceptiques.
    Il est souligné que RGL propose des prix de 10% inférieurs à ceux de la RAM. Par exemple, un aller-retour Casablanca-Agadir est proposé à 1.292 DH TTC par Régional Air Lines. Le prix est de 1.442 DH chez la compagnie nationale. Proportionnellement, le même écart est observé pour les tarifs week-end. Un système de fidélisation par abonnement, actuellement à l'étude, «sera bientôt lancé», annonce M. Baïna.

    Complémentarité


    Dans tous les cas, les responsables de la compagnie privée écarte toutes idées de concurrence sauvage. «Nous sommes tout à fait complémentaires», assure M. Alaoui, pour qui «la vocation première de la compagnie consiste à développer les relations inter-régionales». Une collaboration est en effet déjà engagée pour le transfert à Casablanca des passagers en partance pour des destinations internationales et vice-versa.
    En réalité, le nouvel opérateur ne peut pas faire ombrage à la RAM sur les lignes intérieures. Cette dernière ne s'est d'ailleurs pas inquiétée de l'arrivée de RGL sur le ciel marocain. «Au pire des cas, Regional Air Lines prendra 10% du marché, ce qui correspond à peu près à la croissance annuelle du marché (y compris la conti-nuation)», confiait-on auprès de la RAM(1). A l'évidence, l'idée d'une coexistence pacifique est bien acceptée des deux côtés.
    Dans le même ordre, RGL se propose de nouer des relations commerciales avec toutes les grandes compagnies européennes dans le but d'assurer la continuation sur les villes de province. A cet effet, «les pourparlers sont actuellement très avancés avec la Lufthansa».
    Outre le prix, les autres arguments commerciaux avancées portent sur la fréquence des vols avec des possibilités de correspondances pour les lignes transversales comme Agadir-Oujda ou Fès Marrakech, des horaires adaptés aux besoins de la clientèle affaires notamment et «un service rapide et de qualité». Sur ce point, RGL dispose d'une centrale de réservations accessible en permanence et travaille avec une soixantaine d'agences de voyages dont 25 à Casablanca.

    Alié Dior NDOUR

    (1) Voir L'Economiste N° 288.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc