×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Eco-Consom

    Regard sur l'actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:144 Le 08/09/1994 | Partager

    "Imbroglio"

    Le simple hold-up est devenu un "imbroglio", selon l'expression du long communiqué de la MAP.

    Des arrestations plus importantes que prévues, des caches d'armes, des beurs, des revues pornos, l'Algérie qui se fâche... L'affaire de l'Atlas Asni a pris des proportions insoupçonnées. Il est reconnu qu'à ce jour l'information est incomplète, et que les enquêtes, au Maroc et en France, continuent.

    Cependant, le communiqué, qui ressemble à un point de vue officiel exclut les Marocains de toute connivence. Les trublions seraient entièrement étrangers au pays. La piste islamiste est en filigrane écartée alors que la France cherche de ce côté. Le terme terroriste n'est pas évoqué. Mais les jeunes beurs, petits délinquants dans leurs banlieues, se seraient fait manipuler par de mystérieux Rachid et Saïd, affirme-t-on en France, auraient subi des entraînements jusqu'en Afghanistan.

    Les hypothèses françaises et marocaines ne concordent pas, ce qui ajoute à "l'imbroglio". Un vrai thriller.

    Football : La désaffection du public

    L'équipe nationale de football défaite à Ouagadougou, c'est probablement le plus mauvais résultat des "Lions de l'Atlas". Les Burkinabés ne sont pas réputés pour la qualité de leur football. Ce résultat aggravera le divorce entre l'élite et le public. Lors des deux premières journées de championnat, seuls quelques "fanatiques" ont daigné aller aux stades. WAC-MAS, affiche alléchante naguère, n'a drainé que 5.000 spectateurs, qui plus est, à Casablanca. Le spectacle insipide, où les buts sont rarissimes, ne justifie pas les montants des transferts : Raghib de RSS "coûte" 180 millions de centimes, Mustapha Khalif viré du Raja, 50 millions.

    Le FIS et la trêve.

    Au fond de sa cellule de Blida, M. Abassi Madani recevrait les émissaires du président Zeroual, venus lui proposer une "trêve". Il aurait donné son accord pour les "constantes" de l'Algérie : constitution, régime républicain, alternance au pouvoir, démocratie. L'autre leader, Ali Belhadj, avait écrit à M. Zeroual, il y a quelques semaines, pour lui demander de démissionner immédiatement, et le GIA refuse toute discussion et ne croit qu'à la violence. La violence politique aurait fait près de 10.000 morts en deux ans en Algérie, estime le gouvernement.

    Avortement et démographie

    Le débat sur l'équilibre démographie-ressources a été occulté au Caire par l'épineuse question de l'avortement qui a failli être promu au rang de méthode contraceptive. La liberté de l'avortement est controversée même dans les pays aux moeurs dites libres, comme les USA. La conférence du Caire s'est finalement tenue malgré les menaces terroristes et les boycotts. Le Vatican continue de mener sa croisade pour les bonnes moeurs, accusant au-delà de sa bataille pour la vie les "styles de vie sexuellement libérée".

    Cessez-le-feu de l'IRA

    L'Armée Républicaine Irlandaise (IRA) a décrété un cessez-le-feu unilatéral. La branche politique des catholiques d'Irlande du Nord, le Sinn Fein, veut négocier avec John Major qui n'y croit pas trop et attend un engagement "permanent" à cesser la lutte armée contre l'armée britannique, enlisée en Ulster depuis 25 ans.

    Les unionistes, anglicans, partisans du rattachement actuel à la Grande-Bretagne, et contre l'union avec l'Irlande, s'inquiètent. Le conflit armé est porté jusqu'à Londres, dans le métro, et perturbe la vie quotidienne des Anglais.

    Les "forces" de l'ONU

    A Sarajevo, les "forces" de l'ONU paraissent bien faibles. Elle ne peuvent même pas garantir la sécurité du Pape pour une messe qu'ont refusée les Serbes de Bosnie, qui contrôlent la situation, après plus de 2 ans de conflit.

    La messe devait se tenir sur la patinoire qui servit aux Jeux Olympiques d'hiver en 1984, du temps de la Yougoslavie multiethnique, non loin d'un stade devenu cimetière musulman.

    France : Le "tout français" gagne les entreprises

    Au moment où la relance économique et le chômage préoccupent de nombreux pays, les Français s'attaquent aux anglicismes pour protéger leur latin. La langue, souvent perçue comme un moyen de communication, devient un objectif en soi.

    Parmi les dispositions énumérées par la Loi Toubon, figure l'interdiction pour les personnes morales de droit public d'utiliser une marque de fabrique, de commerce ou de service constituée d'un mot ou d'un assemblage de mots étrangers... lorsqu'il existe un terme ou une expression équivalente en français. Cette interdiction frappe également les personnes privées chargées d'une mission de service public.

    Le nouveau Petit Larousse (édition 1995) semble se moquer de cette loi. Il innove et s'adapte à son temps. On y trouve de l'anglais, de l'argot, des abréviations familières... Le verbe "zapper", consacré au petit écran, prend le sens figuré de "papillonner, de passer d'une chose à l'autre". L'échec et l'erreur acceptent dans leur rang le mot "plantage". Les "quadras" (quadragénaires) pourront désormais aller au "resto" pour discuter de "voyoucratie" (pouvoir exercé par des voyous) ou de choses "hard" (pornographiques mais aussi dures, pénibles, violentes) ou "soft" (édulcorée en plus d'érotique). Une manière de rester branché, autrement dit "in", au risque de déplaire aux défenseurs de Toubon.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc