×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Proparco débloque 240 MDH pour trois banques

    Par L'Economiste | Edition N°:289 Le 17/07/1997 | Partager

    La filiale de la Caisse Française de Développement augmente ses engagements au Maroc. Elle vient de signer de nouvelles conventions de financement avec la BNDE, Wafabank et la BMCE.


    M. Pierre Arnaud, directeur général de Proparco, filiale de la CFD (Caisse Française de Développement) a entamé depuis le 16 juillet une visite dans le pays. L'importance de ce séjour qui doit s'achever le 18 juillet réside dans le fait qu'il est venu avec un portefeuille bien garni avec pour mission de renforcer un peu plus les engagements de Proparco au Maroc. Au menu de sa visite, la signature de trois conventions de crédit portant sur un montant de 142 millions de FF, soit près de 233 millions de Dirhams, avec trois banques de la place.
    Sur la liste des bénéficiaires, figure la BNDE qui a qui s'est vu octroyer un prêt de 30 millions de FF ou 50 millions de Dirhams. La convention a été signée le 16 juillet au siège de la banque. Cette enveloppe est exclusivement destinée au refinancement d'un prêt de même montant accordé par la BNDE à Eucaforest, une filiale de Cellulose du Maroc. L'objet du projet consiste à produire du bois d'eucalyptus destiné à couvrir partiellement les besoins de Cellulose du Maroc, seul producteur de pâte à papier au Maroc, est-il rappelé.

    La deuxième convention porte sur la mise en place d'un financement de 12 millions de FF, soit 20 millions de Dirhams, au profit de Wafabank. Ce concours sera réutilisé pour le redémarrage d'une entreprise de textile installée à Fès. Quant au troisième prêt, il consiste à ouvrir en faveur de la BMCE une ligne de crédit dite «améliorée» réservée aux banques les plus performantes, indique l'organisme français. L'engagement porte sur un montant de 100 millions de FF (170 MDH). Selon Proparco, la BMCE est la première banque marocaine à bénéficier de cette nouvelle ligne de crédit.

    Un prêt pour Emaphos

    A ce jour, plus de 80% des financements de Proparco au Maroc sont mis en place par l'intermédiaire ou en association avec les banques locales. Selon M. Bernard Larfeuil, directeur de l'antenne de Casablanca, cette politique sera maintenue. De même, il souligne que «M. Arnaud souhaite maintenir un dialogue permanent et approfondi avec les dirigeants du secteur bancaire».
    Après les banquiers, le DG de Proparco fera un tour du côté de Khouribga et à Jorf Lasfar pour visiter respectivement les mines de phosphates et l'usine de production d'acide phosphorique purifié Emaphos, une société créée par l'OCP en partenariat avec la société belge Prayon Rupel. Cette société, dont le capital est contrôlé à concurrence de 50% par l'Office, figure parmi les premiers producteurs mondiaux d'acide phosphorique.
    Proparco a contribué au financement du projet Emaphos à hauteur de 20% sous forme d'un prêt direct de 50 millions de FF (85 MDH) d'une durée de 10 ans dont 2 de différé. Il est rappelé que la convention de prêt avait été signée en janvier dernier à Paris.
    Les actions de Proparco, essentiellement orientées vers le secteur privé, complètent celles de la CFD portée sur le financement de projets de développement. La Caisse s'est montrée particulièrement active dans les projets de petite et moyenne hydraulique, d'électrification rurale et de réhabilitation d'exploitations agricoles. En cinq ans, le Maroc est devenu le premier bénéficiaire des concours de Proparco. Les engagements totaux se sont élevés à un milliard de Dirhams, alors que l'encours actuel dépasse 500 millions.

    850 projets financés

    Proparco est une filiale à 72,5% de la CFD. Elle intervient dans 94 pays, dont 51 en Afrique, sous la forme de participations en fonds propres ou de prêts à moyen et long termes. Sa mission consiste à promouvoir la création, le développement, la mise à niveau, la restructuration des entreprises privées ainsi que la privatisation des entreprises publiques. Elle participe déjà au capital de plusieurs sociétés de la place. A fin 1996, ses investissements en fonds propres depuis sa création en 1997 atteignaient 336 millions de FF (570 millions de DH) et l'encours de ses prêts totalisait 1,55 milliards de FF ou 2,6 milliards de DH pour des engagement de l'ordre de 4,5 milliards de FF (7,6 milliards de DH). Cet organisme a participé au financement de plus de 850 projets d'investissements privés dans le monde.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc