×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Projet de budget 1997-1998 : Tokyo se serre la ceinture

    Par L'Economiste | Edition N°:260 Le 26/12/1996 | Partager

    Un projet de budget de l'ordre de 77.390 milliards de Yens (100 Yens=7,76DH) vient d'être adopté par le gouvernement nippon. Ce projet est en hausse de 3% sur la Loi de Finances initiale de l'année dernière. Il reflète la volonté de Tokyo de réduire son recours à l'emprunt. A noter que le budget en cours d'exécution envisageait une augmentation de 5,8% des dépenses. Le budget ne progresse que de 1,5%, se situant ainsi pour la première fois durant neuf ans en dessous de 2%. L'aide au développement, qui est la plus importante du monde en volume, enregistre sa plus faible progression de l'Histoire, est-il indiqué. Ce texte constitue une preuve de confiance de Tokyo dans la reprise économique malgré la faible augmentation du PIB annoncée par le gouvernement japonais, soit 1,9% au lieu de 2,5% prévus pour l'année en cours. L'Agence de Planification Economique (EPA) souligne que ce tassement est dû à la hausse de 2 points de la taxe à la consommation dont l'entrée en vigueur est prévue pour le 1er avril 1997.

    Conséquence: le gouvernement prévoit des rentrées fiscales en hausse de 6.000 milliards de Yens, à 57.800 milliards. Le directeur de l'EPA affirme que ce tour de vis fiscal n'aura pas de répercussions négatives sur la reprise économique. Mais les prévisions de croissance de l'EPA, devenues de plus en plus réalistes, restent aux alentours de 1%, malgré un recul du taux de chômage passé de 3,4 à 3,3%. Pour leur part, les sommes attribuées aux grands travaux d'infrastructure ne progresseront que de 1,3%. L'objectif de cette austérité est de réduire de 4.300 milliards de Yens les besoins de refinancement de l'Etat. Ainsi, le déficit budgétaire passera de 28% du budget en 1996 à 21,6% en 1997. Quant à la dette de l'Etat, elle passera de 240.000 milliards de Yens à fin mars 1997 à 250.000 milliards un an plus tard.

    Rafik IKRAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc