×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Privatisation de Thomson : Le gouvernement opte pour le gré à gré

    Par L'Economiste | Edition N°:242 Le 08/08/1996 | Partager


    De la même manière que la BFCE, le gouvernement français a opté pour une procédure de cession de gré à gré sans appel d'offres pour la privatisation de Thomson. L'Etat aura une action spécifique dans le capital de Thomson. Ainsi, les pouvoirs publics pourront suivre de près l'évolution du groupe d'électronique et de sa filiale spécialisée dans l'électronique de défense, Thomson-CSF.

    Grâce à cette action spécifique, l'Etat disposera d'un triple pouvoir. Le premier consiste à soumettre tout franchissement du seuil de 10% du capital ou des droits de vote à l'agrément du ministre de l'Economie et des Finances. Le deuxième réside au niveau de la nomination au Conseil d'administration de Thomson d'un représentant sans voix délibérative. Le troisième, lui, permet aux pouvoirs publics de s'opposer à la cession de l'actif concentrant les activités de Défense du groupe, notamment Thomson CSF et certaines de ses filiales. Cependant, cette action spécifique ne concerne pas la cession des autres activités telles que le pôle d'électronique grand public, Thomson Multimédia.

    La décision adoptée par le gouvernement français est conforme aux recommandations effectuées par M. Marcel Roulet, président de Thomson. Ces recommandations figurent au niveau du rapport que M. Marcel a remis au Premier ministre le 22 juillet. Dans ce rapport, M. Roulet souligne qu'une opération de marché n'est pas rentable avant la fin de l'année. Le groupe Lagardère, qui contrôle Matra, et Alcatel Alsthom, les deux candidats à la privatisation de Thomson, accéderont aux comptes du groupe d'électronique en vue d'effectuer leurs évaluations et de formuler une offre.

    Cependant, Matra ne s'intéresse qu'aux activités de défense concentrées au niveau de Thomson CSF.

    Le groupe de Jean-Luc Lagardère, lui, vise à céder Thomson Multimédia à Daewoo. Ce dernier s'engagerait à investir 5 milliards de Francs (1FF=1,72DH) et à créer 5.000 emplois en France.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc