×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Port de Tanger-Atlantique: La compétition commence

    Par L'Economiste | Edition N°:297 Le 25/09/1997 | Partager

    Le Ministère de l'Agriculture, de l'Equipement et de l'Environnement a remis les dossiers d'appel d'offres aux 5 groupements préqualifiés. Une tournée en Asie et en Europe démarre le 6 octobre afin de sensibiliser des sociétés spécialisées dans l'exploitation portuaire sur la faisabilité du projet.


    «Tout groupement qui se complétera par des compétences dans l'exploitation portuaire aura plus de chances d'être retenu». Adressée aux cinq groupements préqualifiés, cette invitation du département de l'Equipement constitue une variable importante dans les dossiers d'appel d'offres remis le 15 septembre aux candidats préqualifiés pour la concession de la construction et de l'exploitation du port de Tanger-Atlantique. Les entreprises remettront leur offre avant le 31 décembre de cette année. Une équipe de consultants de la Chase Manhattan Corporation, de Mercer Management Consulting et des cadres du Ministère vont entamer à partir du 6 octobre prochain un voyage de prospection qui doit les mener de Hong-Kong, à Singapour, en passant par Rotterdam et Londres. L'objectif de cette opération de marketing est de sensibiliser des entreprises spécialisées dans l'exploitation portuaire à la faisabilité du projet du port de Tanger-Atlantique. Ce «road-Show» démarre dans une atmosphère d'assurance et de confiance. «Le dossier a été préparé d'une manière professionnelle avec l'implication d'une équipe multidisciplinaire comptant la Direction des Ports, des Affaires Techniques et l'appui de plusieurs consultants internationaux», indique M. Karim Ghellab, directeur des Programmes et des Etudes au Ministère de l'Agriculture, de l'Equipement et de l'Environnement. En effet, le dossier contient plusieurs éléments qualifiés de «solides». Le premier a trait à une étude effectuée sur le port actuel de Tanger. Ce travail a été mené par Mercer Management Consulting, cabinet spécialisé à l'échelle internationale dans le transport et la logistique.

    Minimum de trafic


    Le deuxième élément porte sur une étude de marché. «C'est une analyse de l'offre, la demande et les perspectives de développement des différents ports concurrents de la région», précise M. Ghellab. Selon lui, ce rapport fait apparaître que les possibilités du port de Tanger-Atlantique à l'horizon 2003 face à la saturation des ports concurrents de la Méditerranée. Une garantie pour le groupement soumissionnaire d'un minimum de 500.000 conteneurs par an en transbordement est requise, correspondant à un trafic de 5 millions de tonnes. Le candidat doit s'engager à garantir ce volume au bout de 5 ans après la mise en exploitation du port. Dans le cas contraire, des pénalités sont prévues, ajoute-t-il.
    Troisième élément, la Chase Manhattan Corporation, conseiller financier du projet, a apporté sa contribution dans le montage des opérations financières. Elle a également déterminé le type d'efforts à effectuer par l'Etat. Le support de l'Etat, considéré comme un critère d'évaluation, permettra de mettre à la disposition du groupement un terrain d'environ 900 ha à viabiliser dont une grande superficie est destinée à abriter une zone franche industrielle.

    Le dernier élément concerne le volet juridique assuré par Me Amin Chérif et le cabinet anglo-saxon Clifford Chance.
    D'après M. Ghellab, le coût de la préparation de l'opération avoisine les 4 millions de Dollars, soit environ 39 millions de DH, dont le quart est pris en charge par le budget général de l'Etat. Le reliquat, conditionné par le succès de l'opération, sera à la charge de l'investisseur.
    Situé à 25 km au Sud de Tanger, près de l'aéroport Boukhalef, le futur port est présenté comme un pôle d'infrastructure de haut niveau destiné à promouvoir le développement du Nord. Le schéma de réalisation retenu est celui du BOT (Build-Own-Transfert: construire-exploiter et le transférer).
    L'exécution du projet nécessitera la mobilisation de 300 millions de Dollars, soit environ 2,8 milliards de DH. Les groupements d'entreprises autorisés à participer à l'appel d'offres sont Bechtel Entreprises, GTM-Entrepose, Bouygues, Campenon Bernard SGE et Dragados-FCC.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc