×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Poids lourds : Le rythme de croissance des ventes ralentit

    Par L'Economiste | Edition N°:148 Le 06/10/1994 | Partager

    Les immatriculations de poids lourds se maintiennent en hausse depuis le mois d'avril. Cependant, leur rythme de croissance tend à ralentir.

    Le marché du poids lourd (camions, bus et autocars) a enregistré une nouvelle hausse de 10,2% à fin août 1994 après avoir progressé de 14% au cours des sept premiers mois de l'année et de 17% au terme du premier semestre. D'abord négligeable en mars (+0,4%), le redressement des ventes s'est accéléré à partir du mois suivant. Les immatriculations se sont en effet améliorées de 12,2% à fin avril et de 20,2% à fin mai.

    A fin août donc, les ventes ont porté sur 2.382 unités contre 2.162 au titre des huit premiers mois de 1993. Les dernières ventes de Scania n'ayant pas été communiquées au GPLC (Groupement Professionnel du Poids Lourd et de la Carrosserie), le nombre total des immatriculations peut être légèrement supérieur. Toutefois, vu que sa présence sur le marché est relativement insignifiante, Scania n'influe que très peu sur la tendance globale du marché.

    Après une baisse de 18,2% à fin août 1993 par rapport à 1992, le segment camions a enregistré 2.097 immatriculations, soit 7,55 de plus qu'à fin août 1993. En dehors des camions de 14 tonnes vendus en 30 exemplaires, soit 62 de moins qu'en 1993, tous les autres tonnages ont profité de la progression de la demande. Avec près de 60% des ventes de camions ou 1.240 immatriculations le 8 tonnes a dépassé de 6% les ventes réalisées à fin août 1993 (1.170 unités). Toutefois, il reste en deçà du niveau atteint en 1992 et qui était de 1402 unités.

    Les immatriculations de camions de 3,5 à 7,9 tonnes ont progressé de 13% à 419 unités après une baisse avoisinant les 30% en 1993. Pour leur part, les camions de 19 à 26 tonnes ont enregistré la plus forte progression, soit 40% à 84 unités. Celle-ci est d'autant plus significative qu'à 1994 fin août 1993 cette ligne de poids lourd avait chuté de 44% par rapport à la même période de 1993. Les ventes de camions de 38 tonnes, enfin, sont passées à 324 cette année, dépassant ainsi les niveaux de 1993 (257) et de 1992 (258).

    Des statistiques, il ressort par ailleurs que le redressement des ventes a touché toutes les marques à l'exception de la japonaise Isuzu (-9,5% à 555 unités). Ainsi, Renault et Volvo ont amélioré leurs ventes de 22,5 et 21% à respectivement 386 et 293 unités, ce qui leur confère des parts de marché de 18,4 et 14%. Concernant les bus et autocars, 285 unités ont été écoulées à fin août, soit un accroissement de 34,4% par rapport à la même période de l'année dernière. Cette hausse provient davantage des autobus que des autocars. Avec 153 immatriculations, réparties à hauteur de 61 pour les bus de moins de 40 places et 92 pour ceux de plus de 40 places, le segment bus a progressé d'un peu plus de 90% sur 1993. Les ventes d'autocars se sont améliorées, quant à elles, de 38% pour atteindre 87 unités contre 63 en 1993 et 120 en 1992.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc