×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    PME: Une plateforme d’accès au crédit bancaire

    Par L'Economiste | Edition N°:3418 Le 06/12/2010 | Partager

    . Financing Access Maroc cible 5.000 entreprises à l’horizon 2015. Après Casablanca et Rabat, l’opérateur s’installera à Meknès et Marrakech  Nouvelle plateforme d’accès au crédit pour les PME. Europa Corporate Business Group (ECBG), groupe français de conseil et d’investissement, s’implante au Maroc via sa filiale Financing Access (FAM). La structure a pour mission de faciliter aux PME l’accès au crédit dans des conditions préférentielles, avec en prime l’exonération de la commission de certains produits. Mais comment bénéficier de ces crédits? En fait, les entreprises intéressées devront adhérer à FAM, qui remplira en quelque sorte la fonction de directeur financier de toutes les entités adhérentes. L’adhésion à FAM est gratuite et l’entreprise ne versera de rémunération qu’à partir du moment où elle commencera à bénéficier des premiers services bancaires. Il s’agit des facilités de caisse, d’escompte, d’affacturage, de leasing, des crédits à l’export et autres crédits à moyen et long terme. Le montant de la cotisation annuelle s’établit à 0,2% du chiffre d’affaires de l’entreprise adhérente, avec un plancher de 10.000 DH. FAM ne perçoit aucune autre commission ni de la part de la banque ni de ses adhérents. «Nous avons opté pour une cotisation annuelle et non une commission sur le crédit pour ne pas donner l’impression de pousser les entreprises au surendettement», explique Mohammed Agoumi, président de FAM.En clair, le mode opératoire du nouvel opérateur est assez simple. Il sélectionne les entreprises, dont le chiffre d’affaires varie entre 5 et 200 millions de DH.  Tous les secteurs sont concernés. FAM, qui table sur 10% des entreprises viables, estime pouvoir recruter 5.000 adhérents à l’horizon 2015. L’opérateur cible également les PME déjà clientes de l’une des banques partenaires. «Dans ce cas, nous négocions avec la banque pour qu’elle accorde les mêmes conditions de taux et de délais qu’à nos clients adhérents», signale Agoumi. FAM centralise par la suite les demandes de crédit de ses adhérents et négocie un accord global avec les banques partenaires. L’opérateur a d’ailleurs signé, mardi 30 novembre, une convention de partenariat avec quatre institutions bancaires de la place, sélectionnées sur appel d’offres. Il s’agit de BMCE Bank, Banque Centrale Populaire, Crédit du Maroc et Société Générale. «Dans un premier temps, nous avons préféré signer avec un nombre limité de banques parce que des liaisons informatisées seront établies avec chaque partenaire. Ce qui exige des processus de grande qualité», explique le président.Concrètement, FAM n’accorde pas de crédit, mais aide les PME à y accéder. Elle dispose pour cela de sa propre plateforme de notation. «Premier système de notation indépendant aussi bien en Europe qu’en Afrique», précise-t-on auprès de l’institution. Ainsi, les profils de risque des entreprises seront analysés à son niveau avant la transmission de leur dossier aux banques. L’analyse financière des demandes de crédit est ainsi facilitée pour les banques partenaires, qui débloquent les crédits dans des délais plus courts après avoir confronté le risque bancaire à leur propre système de scoring. A ce niveau, FAM fonctionne comme un relais commercial pour les banques partenaires. «Nous leur apportons un fonds de commerce», précise d’ailleurs le patron de FAM, qui s’installe dans un premier temps à Casablanca et à Rabat et envisage de s’implanter à terme à Meknès et à Marrakech. Dans un schéma classique, et en cas de refus d’une banque, l’entreprise reçoit une notification et la relation s’arrête à ce niveau. Dans le cas de FAM, l’entreprise peut avoir une seconde chance. En effet, «contrairement à une banque, qui se contente de refuser un crédit lorsque l’entreprise ne présente pas des garanties suffisantes, FAM jouera un rôle de conseiller des entreprises et les aidera à corriger leurs ratios et par conséquent à avoir plus de chances d’obtenir un crédit à l’issue d’une nouvelle demande», ajoute Agoumi.


    Promotion

    Pour faire la promotion de ses services, FAM s’appuiera sur un réseau de prescripteurs nationaux, implantés dans le monde de l’industrie et dans d’autres secteurs. Par ailleurs, l’opérateur développera son propre réseau de commerciaux, recrutés parmi des profils maîtrisant les problématiques et les spécificités de chaque secteur. Pour approcher le monde des affaires, FAM envisage d’organiser des événements thématiques, organisés avec les fédérations membres de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). L’initiateur de FAM ne fait pas mystère de ses ambitions. Une filiale similaire sera ouverte en France en juin 2011.Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc