×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Pharmaciens: Les parents d'élèves dénoncent la campagne contre les diplômés de l'Est

    Par L'Economiste | Edition N°:708 Le 21/02/2000 | Partager


    La Fédération des Parents des Etudiants Marocains poursuivant des études de pharmacie dans les pays de la Communauté des Etats Indépendants (CEI) monte au créneau. Elle dénonce la campagne menée contre les pharmaciens lauréats de l'ex-Union Soviétique.
    Le Conseil National de la Fédération qui a tenu récemment à Rabat son assemblée générale annuelle, a souligné dans un communiqué repris par la MAP, "le refus des moutures de textes inclus dans le projet 34/99. Celui-ci se rapporte à l'équivalence des diplômes et au perfectionnement des lauréats".
    A ce titre, le Conseil a appelé l'ensemble des partis politiques, corps élus, organisations des droits de l'Homme et toutes les potentialités de la société civile à assumer leurs responsabilités envers cette catégorie de la société en vue de s'opposer à ce projet. Le communiqué dénonce parallèlement "la campagne virulente orchestrée par certaines parties exerçant dans le domaine de la pharmacie".
    La Fédération considère que la circulaire émise par le Conseil de l'Ordre des pharmaciens de Rabat-Salé où il est question d'organiser des sessions de perfectionnement et de procéder au test des pharmaciens "ne repose sur aucune base juridique".
    Rappelons que le projet de loi n° 34-99 modifiant le Dahir n°1-59-367 stipule que "nul ne peut être autorisé à exercer sur le territoire du Royaume du Maroc les professions de pharmacien, chirurgien dentiste et sage-femme s'il n'est titulaire, selon le cas, du diplôme national de docteur en pharmacie délivré par une faculté de médecine et de pharmacie marocaine, de docteur en médecine dentaire délivré par une faculté de médecine dentaire marocaine ou de sage femme délivré par l'un des instituts marocains de formation aux carrières de santé ou d'un diplôme ou titre reconnu équivalent conformément à la réglementation en vigueur".
    Depuis la sortie du nouveau projet de loi, les parents d'élèves ont formulé officiellement leurs craintes sur la portée de ce projet. Ils ont même adressé une lettre ouverte au ministre de la santé déplorant le caractère injuste envers cette catégorie d'étudiants.

    Youssra MAHFOUD (MAP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc