×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Pharmacie: Sandoz et Ciba-Geigy fusionnent

    Par L'Economiste | Edition N°:221 Le 14/03/1996 | Partager

    Le "Small is beautiful" semble perdre du terrain. Le gigantisme redevient l'obsession des dirigeants d'entreprises. L'annonce de la fusion de Sandoz et de Ciba-Geigy en est une confirmation de plus.
    Les deux groupes suisses viennent de rendre publique, le 7 mars, la signature d'un accord qui doit donner naissance au deuxième groupe pharmaceutique mondial derrière le Britannique Glaxo Wellcome.
    Selon Le Monde, il s'agit de la plus grande fusion industrielle jamais réalisée. Elle devance ainsi plusieurs opérations telles que l'OPA de Kohlberg Kravis Roberts sur le groupe agro-alimentaire RJR Nabisco en 1989, la fusion entre Walt Disney et Capital Cities-ABC en 1995 ou encore celle des laboratoires Glaxo et Wellcome.
    Baptisé Novartis, le nouvel ensemble sera détenu à hauteur de 55% par les actionnaires de Sandoz et 45% par ceux de Ciba. Il
    réalisera un chiffre d'affaires de 26 milliards de Francs suisses (1FS=7,24DH), dont 59% dans la pharmacie, 27% dans l'agriculture (produits phytosanitaires et santé animale) et 14% dans la nutrition. Le conseil d'administration du nouveau groupe sera présidé par l'actuel président de Ciba, M. Alex Krauer. Quant à la présidence du comité de direction, elle sera confiée à M. Daniel Vasella, directeur général de Sandoz-Pharma.

    Comme pour les précédents mouvements de concentration dans la pharmacie (plus d'une dizaine en 1995), cette méga-fusion vise à renforcer les moyens d'une recherche-développement qui devient de plus en plus coûteuse et à contrecarrer les attaques des produits génériques. Chaque molécule pharmaceutique nécessite au moins un à deux milliards de Francs français, indique Le Monde.
    Novartis entend lancer quelque 17 nouveaux produits dans les trois années à venir et prévoit des investissements annuels en recherche-développement dépassant les 2 milliards de Francs suisses.
    Ce rapprochement, qui va permettre une économie de 1,8 milliard de Francs suisses d'ici à trois ans, ne s'effectuera pas sans douleur. Il devra se traduire par des restructurations et réductions d'effectifs. Pour l'heure, le nombre de personnes qui seront touchées par les suppressions d'emplois n'est pas encore connu. Sandoz compte 60.000 salariés et Ciba-Geigy 83.000 dont 15.000 aux Etats-Unis.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc