×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Pêche maritime: Les filets maillants dérivants interdits

    Par L'Economiste | Edition N°:3342 Le 17/08/2010 | Partager

    . Des indemnisations prévues pour les pêcheurs. Ces filets sont dangereux pour les écosystèmesPlus de filets maillants dérivant dans les eaux marocaines. Un amendement de la loi relative à l’organisation de la pêche vient d’être publié. Selon la nouvelle disposition, il est formellement interdit d’utiliser, détenir, fabriquer ou vendre les filets maillon dérivant. Toute infraction à cette disposition est sanctionnée pénalement. La peine pouvant aller de 3 mois à un an de prison et des amendes entre 5.000 et 1 million de DH. Après la promulgation du décret d’application, les pêcheurs ont un délai de 4 mois pour se présenter aux délégations du département de la Pêche maritime pour déclarer le nombre et les caractéristiques des filets maillon dérivant. La non-déclaration est également sanctionnée. La destruction de ces filets se fera à la charge et sous la responsabilité de leurs détenteurs. L’application de cette loi entrera en vigueur un an après sa publication au Bulletin officiel. C’est à dire le 2 août 2011. Cette loi intervient 3 ans après que le Maroc ait signé un accord avec l’UE pour interdire ces filets. L’accord prévoit le financement de la destruction de ces outils de pêche. «Les pêcheurs devront renoncer à ces filets moyennant indemnisation. D’ailleurs, le ministère de tutelle nous a affirmé que les fonds sont prêts à être débloqués», note Mohamed Abakrim, président de l’Association des armateurs de la pêche au chalut du port Béni Nsar. Pour le financement de cette mesure, une enveloppe de près 130 millions de DH est prévue. «Des pêcheurs et armateurs utilisant ces filets ont même proposé et sont prêts à renoncer totalement à leur activité moyennant indemnisation», souligne Abakrim.Cette mesure légale intervient également dans un souci de protection de l’environnement et de l’écosystème maritime. En effet, ces filets sont générateurs de déchets. Selon un professionnel, ces filets mortels sont souvent à l’origine de la mort de dauphins et requins ainsi que d’autres espèces marines. Selon l’Organisation mondiale le de la protection de la nature (WWF: organisation indépendante), «plus 170 bateaux de pêche utilisent ce type de filets longs de plus de 14 km, dans la mer d’Alboran, entre le Maroc et l’Espagne». En 2002, l’UE avait interdit ces filets. «Mais cette interdiction n’ pas été suivie à la lettre puisque nombreux sont les bateaux qui continuent d’utiliser ces filets», constate Abakrim. J. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc