×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Notation pays
    Quatre Etats risquent de perdre leur note «AAA»

    Par L'Economiste | Edition N°:3344 Le 19/08/2010 | Partager

    . En raison de leurs difficultés budgétaires . Il faut mener des programmes d’assainissement des finances publiques, selon Moody’sL’agence de notation Moody’s Service a averti que la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis pourraient perdre leur note maximale «AAA», en raison de leurs difficultés budgétaires. «Les défis liés aux ajustements budgétaires impliquent que le chemin à parcourir avant un abaissement de la note de ces pays s’est encore réduit», annonce l’agence.Les gouvernements français, américain, allemand et britannique font face, selon l’agence, à des défis légèrement différents de ceux auxquels ils étaient confrontés il y a encore quelques mois.En effet, les pays européens «ont désormais tous commencé à mettre en œuvre des mesures pour réduire leur déficit», reconnaît-elle. En revanche, la mise en place d’une stratégie de stabilisation de la dette n’en est qu’à ses balbutiements aux Etats-Unis, relève l’agence.Afin que la France conserve sa meilleure note, elle doit impérativement réussir sa réforme des retraites en passant par un allongement de l’âge de cessation d’activité. «Partir plus tard à la retraite augmentera le revenu disponible des salariés, réduira donc leur épargne, ce qui stimulera la consommation, donc la croissance», résume l’agence.Certes, le gouvernement français a déjà annoncé une batterie de mesures, mais cette potion, si amère soit-elle, ne suffira pas à faire passer le déficit public de 8% en 2010 à 6% en 2011 et 3% en 2013, relève le Figaro. En fait, l’effort passerait par une réduction des niches fiscales et sociales, une manière de cibler les hausses de prélèvement. Montant des coupes à réaliser: 8,5 à 10 milliards d’euros d’ici 2012, annonce-t-on au quotidien. L’Espagne, pour sa part, pourrait également voir sa note (AAA) baisser d’un ou deux crans, d’ici fin septembre en raison de la faiblesse des perspectives de croissance de sa fragile économie.Par ailleurs, Moody’s avance l’obligation de relancer la croissance, «alors même que ces pays ne disposent plus de marges de manœuvre budgétaires pour soutenir l’économie», annonce-t-on au quotidien. L’agence recommande aussi de mener des programmes d’assainissement des finances publiques et faire face au vieillissement de leur population.Reste à préciser que malgré les records que bat leur dette, l’Allemagne et la France parviennent à se refinancer à des conditions extraordinairement favorables sur le marché obligataire. «Jamais ils n’ont emprunté à des taux aussi bas, respectivement 2,36% et 2,67% pour une obligation à dix ans. Soit deux fois moins cher que l’Irlande», relève-t-on au Figaro.M. Az

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc