Affaires

Musique pour enfants abandonnés d’El Jadida

Par L'Economiste | Edition N°:2172 Le 15/12/2005 | Partager

. Une école de musique organise un concert au théâtre, ce jeudi . Les recettes seront entièrement versées à l’Association Sebban Une cinquantaine d’élèves de l’Ecole de musique Anita, jeunes mélomanes en herbe, du débutant au plus virtuose, se sont mobilisés pour organiser une soirée musicale au théâtre municipal, aujourd’hui. Ils se sentent très impliqués, d’autant plus que leur action est caritative. En effet, ils veulent consacrer la totalité des recettes du concert pour soutenir l’Association Sebban d’aide aux enfants abandonnés. «Les enfants y ont mis tout leur cœur et le public est invité à participer massivement à cette action sociale», dit Anita Gueorguieva, maître de piano et directrice de l’école. Les jeunes musiciens se sont exercés pendant plusieurs semaines avec leurs professeurs sur le saxophone, la clarinette et la flûte en accompagnement avec le piano. Le concert est prévu avec des partitions de musique classique de Beethoven, Mozart et Bach. «Il y aura aussi des morceaux modernes pour assurer de la variété», précise Anita. La soirée est aussi l’occasion de présenter le talent et le travail des jeunes musiciens depuis une année. L’école d’Anita Gueorguieva a ouvert ses portes, au Kodiat Bendriss, au début de 2005. Des aménagements ont été effectués pour apprendre le piano, la clarinette, le luth, le saxophone et la flûte avec évidemment des cours de solfège. Chaque apprenant reçoit une formation personnalisée. La chose n’est pas aisée en sachant que l’école compte déjà une cinquantaine d’élèves. «C’est la seule méthode pour apprendre de la musique, car chaque enfant a sa propre personnalité», explique le professeur de piano. Pour le solfège, le groupe ne dépasse pas 10 élèves afin de donner de bons résultats. Les cours sont proposés dès l’âge de 5 ans, histoire de s’initier aux partitions musicales. «Pour faire ce travail, il faut beaucoup de patience et d’amour», ajoute-t-elle. Cette dernière est étonnée que beaucoup de garçons s’intéressent au piano. C’est aussi le cas de beaucoup de femmes, universitaires, pharmaciennes ou autres. Anita Gueorguieva est une «personnalité» dans la ville. Elle a, en effet, exercé en tant que maître de piano pendant 8 ans au conservatoire de musique d’El Jadida. Spécialisée au piano, elle a étudié pendant 12 ans à l’école de musique de Plovdiv en Bulgarie. Après 4 autres années à l’Académie nationale de musique, elle s’est spécialisée après 2 années de plus pour obtenir le Masters Class. Le Maroc, Anita l’a découvert à travers son mari. Ce dernier avait un contrat en tant que ingénieur superviseur à Zemamra pour un vaste projet d’irrigation. Et depuis, elle s’est attachée au pays. A travers son école, elle veut participer à l’animation culturelle de la capitale des Doukkala. Et surtout se mettre au service des plus démunis. De fait, d’autres spectacles à caractère caritatif sont programmés pour 2006. De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc