×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Moody’s met en garde contre la rigueur économique

    Par L'Economiste | Edition N°:3347 Le 25/08/2010 | Partager

    . Elle constitue un risque pour la notation des Etats. Les derniers chiffres tendent à confirmer les inquiétudesLES Etats européens sont-ils moins bien notés à cause de leurs plans de rigueur? En tout cas c’est ce que laisse croire l’agence de notation Moody’s dans son étude semestrielle sur les perspectives européennes. «Compte tenu de la nécessité de s’en tenir à des mesures d’économies strictes pour plusieurs années, Moody’s estime que les craintes sur la croissance économique constituent un risque pour la notation des Etats», indiquent les auteurs de l’étude. Ceci est particulièrement vrai en Europe, où la croissance devrait être moins élevée que dans le reste du monde. La recommandation surprend. «Les mêmes économistes qui depuis des mois, incitent les exécutifs européens à déployer une politique d’austérité sans précédent, s’inquiètent désormais des contre-coups de cette rigueur », de l’avis de certains experts.Les derniers chiffres de la croissance dans la zone euro tendent à confirmer les inquiétudes de Moody’s. Tirée par l’Allemagne (+2,2%), elle a affiché au deuxième trimestre une progression meilleure qu’attendu, de 1%. En revanche pour la France (+0,6%), la reprise reste molle. L’Espagne (+0,2%), le Portugal (+0,2%) ou la Grèce (-1,5%), repassent dans le rouge et sont loin d’être sortis d’affaire. Ces craintes sur la croissance ont déjà, rappelons –le, incité Moody’s à dégrader la note de la Grèce, du Portugal, de l’Espagne et de l’Irlande. Et même des pays comme la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne sont concernés. L’agence a récemment indiqué que ces derniers pourraient perdre leur triple A, soit la meilleure note possible, en raison de leurs difficultés budgétaires. Rappelons que les plans d’austérité sont prévus pour durer au moins jusqu’en 2013. Pour sa part, l’institut Markit Economics craint un ralentissement de la croissance des principales économies de la zone euro dans les mois à venir. La reprise de ne ralentit que légèrement en août, alors que la croissance repose toujours sur les deux principales économies (l’Allemagne et la France) et l’emploi continue de progresser, selon la dernière enquête de l’institut Markit Economics, l’une des premières sociétés d’informations financières mondiales. Ainsi, l’indice flash composite de l’activité globale ressort à 56,1 en août contre 56,7 en juillet et 56,3 de consensus. En d’autres termes, il indique toujours une forte expansion de l’activité (au dessus de 50). Dans le détail, les secteurs de l’industrie manufacturière et des services sont toujours en expansion. Le ralentissement d’activité constaté dans les deux branches s’explique notamment par le fléchissement du taux d’expansion du volume des nouvelles commandes.F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc